ABONNEZ-VOUS À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Pour suivre nos actualités et nos analyses de marché

Objectifs de Développement Durable: que sont-ils ?

Septembre 2019

Les 17 objectifs de développement durable identifiés par l’ONU ont pour objectif de préserver la planète et le bien-être de ses habitants. Par ailleurs, ils tirent parti d’une nouvelle approche économique.

Définis par l'ONU

ODD est l’acronyme d’« Objectifs de développement durable ». Ils se déclinent en 17 points, identifiés par l’ONU en 2015 avec un horizon s’étendant jusqu’en 2030. Voici ce à quoi ils se rapportent et les raisons pour lesquelles ils ont un impact non seulement sur l’humain et la planète, mais aussi sur les affaires.   

Trois dimensions et cinq « P »

Avant toute chose, l’ONU définit ce qu’est le « développement durable ». Elle le présente comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Pour atteindre cet objectif, il convient d’« harmoniser trois dimensions » : la croissance économique, l’inclusion sociale et la protection de l’environnement. Les Nations Unies soulignent donc que le terme « durable », autrefois lié uniquement à son acception « verte », englobe également les dynamiques économiques et sociales. Une autre façon que l’ONU utilise pour synthétiser le contenu des ODD est l’approche des cinq « P » : les personnes (pour éliminer la pauvreté et garantir la dignité), la prospérité (comprise tant comme le confort économique que comme l’« harmonie avec la nature »), la paix, les partenariats (seule la collaboration entre États et entreprises permet d’atteindre ces objectifs), la planète (en qualité de bien à protéger). 

Les 17 objectifs de développement durable

Les premiers points fixés par l’ONU en 2015 ont trait à l’« élimination de la pauvreté sous toutes ses formes » et de la « faim », pour assurer « la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable ». Le troisième point vise à « Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge ». Les Nations Unies ont pour ambition d’« assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité et inclusive », de « parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles » et de « garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable ». La liste se poursuit avec « l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable » qui passe également par « la promotion d’une croissance économique durable, du plein emploi et du travail décent et productif ». Parmi les objectifs figurent également « l’innovation et l’industrialisation qui profitent à tous », « la réduction des inégalités » et la transformation des villes en « lieux ouverts à tous, sûrs et durables ». Les « modes de consommation et de production durables » constituent une source importante de ces ambitions. Il est nécessaire de « prendre des mesures pour lutter contre les changements climatiques », pour « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines ». « Protéger, restaurer et promouvoir l’utilisation durable des écosystèmes terrestres » est une obligation. Cependant, pour atteindre ces objectifs, « la paix, la justice et des institutions fortes » s’imposent également. Tout comme le « renforcement des moyens de mettre en œuvre et de revitaliser le Partenariat mondial pour le développement durable ». 

Impact sur les affaires

L’examen des 17 points montre déjà clairement l’importance que l’ONU a accordée à l’approche économique. Le Pacte mondial des Nations unies l’explique encore plus clairement : « Le secteur des affaires joue un rôle central en vue de la réalisation effective des objectifs de développement durable de l’ONU à l’horizon 2030, en sa qualité de principal moteur du développement économique. Les entreprises du monde entier, de toutes les tailles et de tous les secteurs de production sont appelées à apporter une contribution importante par l’adoption de nouveaux modèles économiques responsables, les investissements, l’innovation, le développement technologique et la mise en place de collaborations ». L’élément clé est « la convergence entre l’innovation (produit, service ou processus) et la durabilité ». L’organisme insiste sur le fait que cette recherche n’est pas un fardeau. Au contraire. « Le secteur privé tirerait des bénéfices de la réalisation des objectifs de développement durable. Par exemple, les entreprises auraient la possibilité d’identifier de nouvelles opportunités commerciales, de renforcer leurs relations avec les parties prenantes, de stabiliser les marchés grâce à la promotion de systèmes financiers transparents et exempts de corruption et d’identifier, de gérer et de contrôler les risques ».