ABONNEZ-VOUS À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Pour suivre nos actualités et nos analyses de marché

Avec 10 milliards d’humains, comment sera le monde en 2050 ?

Juin 2019

La planète sera de plus en plus surpeuplée et ses habitants se concentreront dans les villes. Les technologies produiront davantage de richesses, mais il faudra tenir compte des inégalités et de la durabilité.

La population mondiale atteindra 9,8 milliards de personnes en 2050 et se concentrera dans les villes. La planète sera confrontée à des défis démographiques, économiques et climatiques de plus en plus importants qui doivent être adressés sans tarder pour éviter que l’inertie ne rende la situation irréversible. 

Une population en augmentation

Selon les dernières estimations des Nations unies, le franchissement du seuil des 10 milliards dépendra principalement des pays en développement, dont le Nigéria en tête. Aujourd’hui, ce pays est le septième État le plus peuplé au monde: en 2050, il sera le troisième, devant les États-Unis et derrière la Chine et l’Inde. De 2017 à 2050, la moitié de la croissance démographique mondiale devrait se concentrer dans seulement neuf pays : Inde, Nigéria, République démocratique du Congo, Pakistan, Éthiopie, République-Unie de Tanzanie, États-Unis d’Amérique, Ouganda et Indonésie. La population des pays en développement augmentera davantage que celle des pays riches. Ces derniers ne devraient toutefois pas connaître de contraction en raison des flux migratoires. L’immigration n’inversera cependant pas la tendance de certains pays où le taux de natalité est particulièrement faible : selon le Cnel, l’Italie s’oriente vers « un déclin spectaculaire, de 60 millions aujourd’hui à 56,5 millions en 2050 ».

Comment les villes changeront-elles ?

La croissance démographique aura des conséquences significatives. Les taux de natalité auront tendance à diminuer. En 2050, la population mondiale sera donc en moyenne plus âgée qu’aujourd’hui. Cette évolution aura des répercussions importantes tant sur le plan du travail que sur celui de la sécurité sociale. De plus, la répartition sera différente : 68 % de la population se concentrera dans les zones urbaines (contre 55 % aujourd’hui). Une migration au sein des migrations donc, des campagnes vers les villes sera particulièrement prononcée en Asie et en Afrique, notamment en Inde, en Chine et au Nigéria. Les zones où la population n’augmente pas subissent non seulement le faible taux de natalité, mais aussi les migrations liées, de plus en plus souvent, à des problèmes environnementaux. Pour les Nations Unies, c’est la raison pour laquelle une urbanisation durable est « la clé d’un développement efficace ».

Impact économique

Le rapport « Le monde en 2050 » de PwC a estimé l’impact de ces changements sur l’économie à l’horizon 2050. Le PIB mondial pourrait doubler. Cela signifie donc que la richesse augmentera plus que la population. Le problème ne sera donc pas tant la production de la richesse, mais plutôt sa répartition. Si le PIB croît autant, c’est en grande partie grâce au progrès technologique, qui permettra d’améliorer la productivité. Le monde sera donc un monde où les équilibres seront très différents de ceux qui existent actuellement. La Chine et l’Inde seront les pays au PIB le plus élevé. Les États-Unis reculeraient à la troisième place, devant l’Indonésie. Le poids des pays de l’UE dans le PIB mondial se réduira à moins de 10 %. La poussée des pays émergents pourrait se traduire par les pays appartenant actuellement au G7 cédant leur place. La Grande-Bretagne reculerait à la dixième place. La France sortirait du top 10 et l’Italie du top 20, dépassée également par le Mexique, la Turquie et le Vietnam. Pour PwC, ces bouleversements posent trois grands défis : éviter de céder aux sirènes du protectionnisme, ce qui aurait des répercussions négatives sur la croissance mondiale à long terme ; garantir que les avantages potentiels de la mondialisation soient répartis de façon plus égale ; développer de nouvelles technologies vertes pour garantir que la croissance mondiale soit durable d’un point de vue environnemental.