I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Février 2017

Rupture numérique: technologie de la conduite autonome

Des voitures sans conducteur aux drones de livraison la technologie des véhicules autonomes devient réalité entraînant dans son sillage de nouvelles opportunités d’investissement.

 

Dans la série télévisée des années 1980 K2000, une voiture noire baptisée KITT incarnait une vision séduisante des voitures du futur: conduite totalement autonome, agrémentée d'une gamme ahurissante d'options – propulsion turbo, scanner médical et détecteur de mensonges notamment – et d'un sens de l'humour caustique.

Si trente ans plus tard les véhicules sensibles relèvent encore clairement de la science-fiction, les voitures à conduite autonome ne sont plus hors de portée. Le scénario proposé dans le film I, Robot – où Will Smith se laisse aller à une petite sieste tandis que son Audi RSQ gris métallisé avale sans heurt les kilomètres, avant de s'emparer d'un volant se déployant du tableau de bord – pourrait se concrétiser dans quelques années à peine. Des bus sans chauffeur et des camions de transit longue distance autonomes devraient aussi circuler sur nos routes dans un avenir proche.

Selon les prévisions du cabinet de conseil McKinsey, jusqu'à 15% des véhicules de tourisme vendus dans le monde en 2030 seront totalement autonomes, tandis que les revenus du secteur automobile pourraient quasiment doubler, à 6700 milliards de dollars grâce à la mobilité partagée (covoiturage, appels électroniques) et aux services de connectivité des données (mises à jour d'applis et de logiciels embarqués incluses).1

La course vers les véhicules autonomes
Etapes clés de l'année écoulée
La course vers les véhicules autonomes

Source: Pictet Asset Management

De nouveaux acteurs tels que Tesla Motors, des géants technologiques comme Google ou Microsoft2 et une multitude de jeunes pousses rivalisent – mais souvent collaborent – avec des constructeurs automobiles traditionnels comme Ford, General Motors et Nissan pour transformer la fiction en réalité.

La sécurité d'abord

Même si des freins d’ordre technologique et réglementaires et des dilemmes éthiques repoussent le lancement commercial des voitures sans conducteurs au-delà de 2020, l’automatisation partielle des véhicules est déjà d’actualité grâce à l'introduction et au perfectionnement continu des systèmes avancés d'aide à la conduite (ADAS).3 Ce marché à lui seul devrait atteindre 34 milliards de dollars d'ici à 2020 – soit un taux de croissance annuelle composé de 40% –, avec un taux de pénétration mondial appelé à tripler, à 48%.4

L'un des principaux domaines de perfectionnement technologique – synonyme donc d'opportunités d'investissement – réside dans la sécurité. Selon l’agence fédérale en charge de la sécurité routière aux Etats-Unis (NHTSA), les accidents impliquant des véhicules motorisés coûtent près de 1000 milliards de dollars chaque année à l'économie américaine, perte de productivité incluse. Distraction, somnolence, conduite sous l'influence d'alcool ou de stupéfiants, excès de vitesse et oublis de ceintures de sécurité constituent les principales causes d’accidents. L’être humain étant par nature faillible, l'une des façons d'améliorer la sécurité pourrait consister à s’appuyer davantage sur la technologie.

Le fabricant suédois d'équipements de sécurité automobile Autoliv5 estime que ses produits – qui comprennent un large éventail de systèmes d'assistance au conducteur, un système de vision nocturne infrarouge ainsi qu'une technologie avancée d'airbags et de ceintures de sécurité – contribuent à sauver quelque 30000 vies chaque année et à prévenir dix fois plus de blessures.

Des voitures parlantes

S'il est peu probable que votre voiture se mette un jour à vous raconter des blagues, comme KITT à Michael Knight, elle pourrait bientôt être capable de reconnaître vos gestes et votre voix et à «communiquer» avec d'autres véhicules, voire avec les services d'urgences.

Les voitures pourraient bientôt se prévenir entre elles de la formation de bouchons ou de conditions de circulation dangereuses, et d’interagir avec les ponts et les feux de signalisation.

 

Les modèles 2017 haut de gamme de Cadillac et de Mercedes-Benz comptent parmi les premiers à intégrer la technologie de communication de véhicule à véhicule (V2V). A son niveau le plus basique, le V2V permettra aux voitures d’interagir entre elles pour transmettre leur localisation, leur vitesse, la position de leur volant et l'état de leurs freins de manière à détecter les véhicules circulant dans leur direction et réduire les risques d'accidents. Les systèmes plus sophistiqués pourraient permettre aux véhicules de s'informer de la formation de bouchons ou de conditions de circulation dangereuses et interagir avec des ponts et des feux de signalisation.

L'option «eCall» obligatoire en Europe sur tous les nouveaux véhicules dès avril 2018 – permettra d’immédiatement prévenir les services d'urgence en cas d'accidents graves et de leur communiquer la localisation et d'autres renseignements pertinents. A elle seule, cette mesure devrait sauver plus de 1000 vies chaque année.

Des robots aux commandes?

La toute dernière technologie en matière de conduite autonome est déjà ancrée dans le monde de la robotique et de l'intelligence artificielle. Mobileye6, concepteur israélien de logiciels d'aide à la conduite, développe par exemple des systèmes de vision par machine entraînés à l’identification des piétons, à la détection des angles morts et au décodage des feux de signalisation.

L'entreprise française Valeo7 travaille pour sa part à la conception d’un système de stationnement automatique de nouvelle génération, qui permettra aux conducteurs d’ordonner à leur voiture, via un smartphone, d'aller se garer seule. Dans le monde des drones, Amazon8 est l'une des sociétés testant actuellement des appareils autonomes, en vue de proposer à ses clients des délais de livraison de 30 minutes.

La révolution des véhicules autonomes (VA) s’étend également à l’espace aérien avec le développement des drones destinés à assurer toutes sortes de livraisons – de simples paquets aux transports d'organes – à suivre la pousse des cultures, ou encore à photographier et dessiner la carte de zones difficiles d'accès, entre autres.

Les véhicules autonomes volants
L'avènement des drones
Les véhicules autonomes volants

Source: Pictet Asset Management

Au-delà du secteur des transports, les véhicules autonomes robotisés trouvent d’autres applications dans le monde industriel. Amazon, le géant de la distribution en ligne, utilise ainsi des robots autonomes orange vif pour l’acheminement des marchandises et des paquets dans ses entrepôts. Les hôpitaux recourent quant à eux à des machines mobiles pour le transport des prélèvements de laboratoire, des médicaments et d’autres articles, mais aussi pour la stérilisation des chambres via la projection de lumière. Dans le secteur de l’énergie, des véhicules sous-marins téléguidés (ROV) peuvent remplacer l’homme dans l’inspection des conduites et des plates-formes de forage lorsque les conditions sont trop difficiles ou les eaux trop profondes.

Bien sûr, de nombreux obstacles doivent encore être surmontés. Pour les véhicules entièrement autonomes – ne nécessitant pas de conducteur –, il s’agit notamment de développer les technologies manquantes, de gagner la confiance du grand public avec un mode de transport nouveau et d’établir de nouvelles règles et réglementations couvrant une multitude d’aspects, du code de sécurité routière aux assurances automobiles.

Dans le cas des drones, les développeurs doivent optimiser la durée de vie des batteries et trouver le moyen de cohabiter de façon sûre avec l’ensemble des êtres et des objets volants.

A terme, toutefois, la tendance pointe clairement vers une présence croissante de robots sur nos routes et dans les airs. Pour les investisseurs, c'est l'occasion de participer à la course au changement qui se joue aujourd’hui dans le secteur des transports.