I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Juin 2018

Le retour du risque géopolitique?

Le risque géopolitique fait de nouveau les gros titres. La Maison-Blanche a dénoncé l’accord iranien et menace le pays de sanctions drastiques. La préparation de la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un fait l’objet d’échanges verbaux colorés.

Malgré la violence des propos, les marchés restent calmes. Les investisseurs semblent imperméables aux menaces.    

Ce graphique illustre bien ce qu'il se passe.
risque et réalisation de tensions géopolitiques
pam graph june2018

Source: Economic Policy Uncertainty

La Fed a développé un indice mesurant les menaces géopolitiques. Elle compte les expressions relatives à la géopolitique parues dans la presse internationale et nationale comme «risque de guerre» ou «menaces de terrorisme». L’institution a aussi développé un indice de risque politique réalisé, ce dernier prenant en compte les mots comme «raid aérien» ou «escalade de la guerre». 

La Fed identifie ainsi les évènements marquants des dernières décennies. La chute du communisme, le 11 Septembre 2001, les deux guerres du Golfe, les attentats de Paris et les évènements en Ukraine sont clairement visibles sur le graphique.

Jusqu’à une période récente, le meilleur indicateur de la volatilité des marchés a été la menace géopolitique, plus que les actes. Lors des deux guerres du Golfe, les marchés n’ont pas attendu le déclenchement des hostilités pour s’agiter. Les menaces ont suffi. 

Avec la nouvelle administration républicaine, le ton monte chez les diplomates. Mais la volatilité ne suit pas. Contrairement aux périodes précédentes, les investisseurs ne croient pas que les menaces seront suivies par des actes.