I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Mars 2018

Biotechnologies: des innovations difficiles à copier

Les sociétés de biotechnologie sont florissantes et plus de 700 d’entre elles sont cotées sur les marchés d’actions internationaux1. Quel est le secret de leur compétitivité?

Les sociétés pharmaceutiques perdent du terrain face à un nouveau type de fabricants de médicaments. Alors qu’elles produisent des médicaments de façon chimique, les sociétés de biotechnologie utilisent des organismes vivants comme des bactéries ou des enzymes pour fabriquer leurs produits. Par ailleurs, les connaissances approfondies de l’ADN humain ont permis aux sociétés de biotechnologie de cibler des maladies spécifiques de façon beaucoup plus précise que les sociétés pharmaceutiques conventionnelles. Le taux de croissance prévu pour le secteur est de 15 à 20% par an2. Cela représente une prévision de croissance annuelle des ventes mondiales de médicaments sur ordonnance de 6% jusqu’en 20223. Plus de 700 sociétés de biotechnologie sont maintenant cotées sur les marchés d’actions internationaux1. Le chiffre d’affaires des sociétés de biotechnologie cotées a été multiplié par sept entre 2000 et 2016, passant d’un peu plus de 20 milliards de dollars à près de 140 milliards de dollars1.

Réussites notables

Les sociétés de biotechnologie ont déjà enregistré plusieurs réussites notables. «Le traitement contre l’hépatite C mis au point par une grande société de biotechnologie américaine en constitue un bon exemple», affirme Marie-Laure Schaufelberger, Spécialiste produit pour le fonds Pictet-Biotech. Ce médicament affiche toutefois un prix élevé. Le coût pour trois mois de traitement peut atteindre 70 000 à 100 000 dollars4. Des douzaines de sociétés de biotechnologie comptent un ou plusieurs produits qui sont dans la dernière phase de développement clinique avant l’autorisation par la FDA, l’autorité de réglementation américaine.

Un secteur avec lequel il faut compter

Au sein du secteur pharmaceutique conventionnel, tous les fabricants partagent la même crainte lors de l’expiration des brevets des médicaments à succès: voir les producteurs de médicaments génériques reproduire une molécule et la commercialiser à un prix très inférieur. Le brevet de l’aspirine a ainsi expiré il y a bien longtemps et d’autres sociétés que son inventeur, Bayer, sont maintenant autorisées à en produire et à en vendre. C’est pourquoi un cachet ne coûte plus que quelques centimes. La société de conseil EvaluatePharma estime que les sociétés pharmaceutiques pourraient perdre près de 80 milliards de dollars de chiffre d’affaires entre 2017 et 2020 en raison de cette concurrence croissante3. Le risque est beaucoup moins élevé pour les sociétés de biotechnologie. «Toute personne qui souhaite produire un produit comparable à un médicament biotechnologique dont le brevet a expiré, également appelé biosimilaire, doit d’abord prouver que le médicament présente exactement les mêmes caractéristiques que le traitement original», explique Schaufelberger. «C’est beaucoup plus complexe que pour un médicament conventionnel, pour lequel il suffit de montrer que la composition chimique est comparable.»

Un obstacle élevé pour la concurrence des génériques

Aux États-Unis, les sociétés qui prévoient de lancer des copies génériques de médicaments biotechnologiques dont le brevet a expiré doivent franchir un obstacle supplémentaire. «Ces médicaments doivent passer par des essais cliniques de même nature que ceux du traitement original», affirme Schaufelberger. «Outre un capital élevé et une forte expertise, il faut également disposer de laboratoires de haute qualité pour produire des copies génériques de façon sûre et efficace et pouvoir proposer un produit concurrentiel après l’expiration de son brevet. De nombreuses sociétés de biotechnologie figurent parmi les entreprises qui possèdent tous ces atouts. Si elles jouent correctement leurs cartes, nous pensons qu’elles auront le potentiel pour profiter d’une nouvelle source de chiffre d’affaires. Selon nous, la dynamique du secteur biotechnologique en fait un domaine d’investissement intéressant.»

Selon nous, la dynamique du secteur biotechnologique en fait un domaine d’investissement intéressant.

Marie-Laure Schaufelberger, Spécialiste produit

Cet article fait partie d’une série sur la thématique du #VivreMieux. Cette thématique compte quatre fonds d’actions globales gérés de manière active.
En s’appuyant sur les tendances structurelles qui façonnent notre monde, nos gérants de fonds cherchent à générer une performance notable, ajustée au risque, sur le long-terme.

Découvrez nos solutions d’investissement pour investir dans la thématique du #VivreMieux.