I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Vous souhaitez accéder au site pour Investisseurs particuliers?

Juin 2021

Dette Emergente : Les exportations importent

L’inflation remonte dans les pays développés et les investisseurs obligataires se sentent coincés. Conserver une allocation en obligations d’Etats européennes, c’est en effet accepter d’abandonner graduellement le pouvoir d’achat de son épargne… avec peu d’espoir de gains en capital. Bien au contraire, la baisse du prix des obligations ne sera quasiment pas compensée par les coupons. A l’opposé, les obligations des pays émergents offrent des rendements réels largement positifs, avec en prime une probable revalorisation de leurs devises grâce à des balances commerciales excédentaires. Regardons de plus près.

Les exportations explosent

Les exportations des pays émergents ont très largement progressé depuis décembre 2019. Les matières premières sont très demandées. Le prix du cuivre a ainsi plus que doublé depuis ses plus bas de mars 2020. Le CRB, indice représentant les matières premières les plus utilisées dans le monde, a d’ailleurs progressé de 55%1, le Brésil, le Chili, l’Indonésie et l’Afrique de Sud ayant vu leurs exportations progresser de 35 à 50% sur la période. 

Les plans d’aide et de relance ont largement soutenu la demande en produits manufacturés. Les nouveaux modes de travail incitent par ailleurs à l’acquisition de produits électroniques.  Quant aux stocks des entreprises, ils sont au plus bas, car la production a été arrêtée lors des confinements. Trois raisons pour lesquelles les exportations des régions et pays manufacturiers, soit Taïwan, la Chine, le Vietnam et l’Europe centrale, grimpent à la verticale. 
Exportations des marchés émergents (%décembre 2019)

Source: Pictet Asset Management, Google LLC, https://www.google.com/covid19/mobility/

Naturellement, la balance commerciale de ces pays s’améliore. Celle de l’Indonésie par exemple a retrouvé des niveaux perdus depuis plus de 10 ans.  
Indonésie: balance commerciale (% PIB)

Source: Pictet Asset Management, CEIC, Datastream

L'épidémie ralentit

Il est clair que les campagnes de vaccination sont plus avancées dans les pays développés. Mais, comme on peut le voir sur ce graphique, la situation sanitaire s’améliore aussi dans la plupart des pays émergents. Et si Taïwan connaît une recrudescence de l’épidémie, le nombre de nouveaux cas y reste extrêmement faible et enviable. Au cours de l’année 2020, l’île a ainsi connu plus de 250 jours sans signaler de nouveaux cas 2
Nouveaux cas de COVID par pays (pour 100 000 habitants, moyenne sur 7 jours)

Source: Pictet Asset Management, CEIC, Datastream

L'avantage du rendement

Les pays émergents n’échappent pas aux pressions inflationnistes mondiales. Car la hausse des prix des matières premières et la rareté des produits manufacturés bénéficient aux exportations, mais font aussi remonter l’inflation. De même que dans les pays développés, cette inflation nous paraît un phénomène essentiellement transitoire. 

La plupart des banques centrales émergentes mènent en outre des politiques favorables à la stabilité des prix, et plusieurs d’entre elles ont déjà relevé leurs taux. La banque centrale russe en particulier, très à cheval sur sa réputation, a relevé ses taux deux fois depuis le mois de décembre. Par ailleurs, les prix de l’alimentation, si critiques dans les pays émergents, ont entamé un fort reflux au cours des dernières semaines. 

Enfin, les banques centrales émergentes disposent désormais d’un éventail d’instruments de politique monétaire aussi large que celui des banques des pays développés, y compris les assouplissements et resserrements quantitatifs. Le cas de la Turquie reste certes à surveiller, mais il faut noter que le pays représente moins de 2% de l’indice JPM GBI Emerging Markets, et que les obligations gouvernementales y offrent un rendement de 17,80%3
Europe émergente : inflation hors alimentation

Source: Pictet Asset Management, CEIC, Refinitiv

Taux réels: pays émergents et pays développés

Source: Pictet Asset Management, CEIC, Datastream

Devises prêtes à décoller

Les monnaies émergentes nous semblent profondément sous-valorisées, de 44% en moyenne pour celles de l’Amérique latine. La maîtrise de l’inflation dans ces pays et le différentiel de rendement réel offert justifient donc de notre point de vue une revalorisation de ces devises.
 
Le dollar nous semble de son côté fragile aux niveaux actuels. Alors que sa valorisation reste élevée, le pays souffre de l’accroissement vertigineux de son double déficit. Le déficit budgétaire a atteint des sommets en 2020 et le pays devrait rester largement déficitaire en 2021 car le commerce extérieur des Etats-Unis se dégrade clairement. Le resserrement monétaire de la Fed pourra certes soutenir un temps le billet vert, mais ce dernier devrait reprendre rapidement une tendance baissière, ainsi que le suggère le graphique ci-dessous. 
USA: double déficit et dollar

Source: : Pictet Asset Management, CEIC, Refinitiv, USD; 100 en mars 1973, Double déficit en %age du PIB

Dette émergente : un placement bien placé

Les chiffres parlent d’eux-mêmes: l’économie mondiale vit une expansion inflationniste. La croissance atteint des sommets et il y a longtemps que nous n’avions vu une inflation aussi forte. Comment les marchés émergents réagissent-ils dans ce contexte? Le graphique ci-dessous le montre clairement: très bien. Car les actifs émergent se comportent bien lorsque leurs produits sont fortement demandés et que leurs prix montent. 
Performances des marchés émergents en fonction des régimes économiques

Source: Pictet Asset Management, CEIC, Refinitiv