I am Article Layout

Lecture en cours: Investir pour la croissance et sauvegarder l'environnement: des objectifs complémentaires



Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Vous souhaitez accéder au site pour Intermédiaires financiers ou pour Investisseurs particuliers?

Juillet 2015

Investir pour la croissance et sauvegarder l'environnement: des objectifs complémentaires

Les sociétés alliant de solides critères environnementaux à des solutions innovantes permettant de préserver les ressources naturelles de la planète sont au coeur de notre stratégie Global Environmental Opportunities.

01

Identifier des sociétés fortement engagées dans le respect de l'environnement

Soumises à des pressions croissantes pour réduire leur impact sur l’environnement, les entreprises commencent à proposer des solutions. Comme le montre l’illustration 1, le nombre de sociétés ayant obtenu la certification de l’organisation internationale de normalisation (ISO) 14001, norme environnementale reconnue à l’échelle mondiale, est en forte augmentation.
Certifications ISO 14001 à l'échelle mondiale
Investing_for_Growth_FR_FIG1.png

Source: Organisation internationale de normalisation

Cependant, les avancées réalisées dans ce domaine sont inégales en fonction des secteurs d’activité. Certaines sociétés progressent plus rapidement que d’autres et il n’est pas facile pour l’investisseur d’identifier celles qui présentent le meilleur bilan environnemental. 
 
L’empreinte écologique d’une  entreprise peut se mesurer via l’analyse du cycle de vie (ACV) de ses activités. Cette méthode vise à quantifier laconsommation de ressources naturelles et les émissions de déchets de la société sur la durée d’un cycle de produit. L’ACV couvre l’ensemble des activités – de l’extraction et de la transformation des matières premières à l’utilisation et à l’élimination des produits finis par les clients.
 
Cette analyse constitue un bon point  de départ à l’évaluation de l’impact environnemental des activités d’une société. D’autres solutions permettent ensuite d’optimiser le processus. 

Afin d’intégrer les meilleures statistiques écologiques disponibles à une analyse ACV, les gérants de la stratégie d’investissement Global Environmental Opportunities de Pictet Asset Management s’appuient sur une recherche de pointe consacrée à l’impact de l’homme sur la planète.
 
La recherche en question – lancée il y a plus de cinq ans par un groupe d’instituts de recherche comptant parmi les plus avancés au monde – établit que la stabilité de l’environnement dépend de l’évolution de neuf processus engendrés par l’homme.
Ces processus’, comprenant notamment la destruction de la couche d’ozone, l’acidification des océans et le réchauffement climatique, constituent la base de notre analyse des sociétés. Les entreprises qui, sur la base de l'analyse, contribuent de manière excessive à l’un de ces processus, mettent incontestablement la planète sous pression. Celles dont les activités n’amplifient pas de manière significative l’une de ces neuf forces écologiques peuvent en revanche être prises en considération dans l’optique d’une inclusion au sein du portefeuille Global Environmental Opportunities de Pictet AM.
02

Mesurer l'empreinte écologique des sociétés 

Analyse du cycle de vie des produits et modèle des limites planétaires

Afin de mesurer l’empreinte écologique d’une entreprise, les gérants de la stratégie Global Environmental Opportunties de Pictet AM analysent les sociétés sur la base d’un modèle alliant l’ACV à un cadre novateur, développé par une équipe de scientifiques et de biologistes chevronnés. 
 
Le modèle désigne neuf processus induisant une détérioration écologique: changement climatique, acidification des océans, pollution chimique, changements dans l’utilisation des sols, destruction de la couche d’ozone, présence d’aérosols dans l’atmosphère, changements dans le cycle de l’azote, perte de biodiversité, changements dans le cycle du phosphore et diminution des réserves d’eau douce.
 
S’ils ne sont pas surveillés de près, ces neuf processus menacent d’affecter durablement la vie sur Terre.
Le modêle des limites planétaires
Investing_for_Growth_FR_FIG2.png

Source: Centre de résilience de Stockholm

Le modèle détermine une «limite planétaire» pour chaque processus; une limite de sécurité chiffrée à ne pas dépasser pour que l’infrastructure biophysique de la Terre demeure intacte. Par exemple, pour que les réserves mondiales d’eau douce restent stables, la consommation d’eau totale  de l’humanité ne doit pas dépasser 6000 kilomètres cubes par an. 
 
De même, pour que les émissions de dioxyde de carbone se maintiennent à des niveaux tolérables, la concentration  de CO2 dans l’atmosphère ne doit pas excéder 350 parties par million (ppm). Sur le plan écologique, les neuf limites planétaires constituent la zone de sécurité à l’intérieur de laquelle l’activité humaine peut se déployer.

L'audit écologique en action

Au début des années 1980, des scientifiques ont observé dans l’atmosphère terrestre une baisse de concentration inquiétante d’ozone stratosphérique, un gaz qui joue un rôle déterminant dans la protection de la planète contre les rayonnements ultraviolets, potentiellement mortels, émis par le soleil. 

Des experts ont ensuite découvert que le trou dans la couche d’ozone découlait de l’utilisation accrue, par les entreprises et les ménages, de substances responsables de l’appauvrissement de la couche d’ozone (ODS), connues sous le nom de chlorofluorocarbones (CFC). 

Grâce aux efforts coordonnés des Etats, des restrictions limitant l’utilisation de ces gaz à l’échelle mondiale ont été mises en place dans les années 1990. En conséquence, les concentrations d’ODS dans l’atmosphère sont retombées après avoir atteint un pic en 1994. 

Le trou dans la couche d’ozone au- dessus de l’Antarctique ne devrait toutefois pas disparaître avant des décennies.

Associer la limite planétaire de destruction de la couche d'ozone à l'AVC

Selon le modèle des limites planétaires, la concentration moyenne d’ozone stratosphérique ne doit pas descendre au-dessous de 276 unités Dobson, soit une épaisseur de 2,76 millimètres.

Note: L’unité Dobson est une mesure de concentration de l’ozone. Une colonne d’air présentant une concentration d’ozone d’une unité Dobson contiendrait approximativement 2,69 x 10 (16) molécules d’ozone pour chaque centimètre carré de surface à la base de la colonne (dans l’hypothèse d’une température atmosphérique de 0 degré centigrade et d’une pression atmosphérique identique à celle qui prévaut à la surface de la Terre.) 

L'analyse des corrélations historiques entre la destruction de la couche d'ozone et les concentrations d'ODS dans l'atmosphère nous permet d'établir a 6,6 milliards de tonnes par an la limite d'émissions de ces substances a ne pas dépasser à l'échelle mondiale pour que le trou dans la couche d'ozone commence a se résorber.

Senior Investment Manager, Global Environmental Opportunities Strategy
Au niveau des entreprises, cela signifie que le seuil d’émissions d’ODS est fixé à 1,05 kilogramme par million de dollars de revenus par an. Les sociétés dont les émissions dépassent cette limite sont moins susceptibles d’être prises en considération pour une inclusion dans le portefeuille.
03

Le secteur privé - un creuset d'innovation

Si un portefeuille composé des sociétés les plus durables au monde peut satisfaire aux exigences de l’investissement responsable, il ne garantit pas nécessairement l’accès à toutes les opportunités d’investissement liées au changement environnemental.
 
En effet, un audit écologique des entreprises – aussi approfondi qu’il soit – ne permet pas d’identifier les sociétés présentant les meilleures perspectives de croissance du capital. Une recherche individualisée offre cette possibilité. 
 
La prochaine étape de notre processus d’investissement consiste donc à repérer les sociétés dirigées dans une optique de développement durable, mais également capables de dégager régulièrement des performances supérieures dans les secteurs associés au changement environnemental.
Dépôts de Brevets portant sur des produits environnementaux
Par région
Investing_for_Growth_FR_FIG3.png

Source: Organisation mondiale de la propriété intellectuelle

Dans le cadre de cette recherche fondamentale, nous accordons une grande importance à l’innovation et à la spécialisation. 
 
Ces dernières années, nous avons assisté à l'émergence de nombreuses sociétés cotées en bourse, spécialisées dans le développement de produits et de services environnementaux
innovants. L’augmentation constante du nombre de brevets déposés pour des produits environnementaux au cours des dix dernières années en atteste (illustration 3). Et cette tendance devrait s’accélérer. Alors que la prise de conscience des questions environnementales grandit et que les entités privées déploient des efforts importants pour réduire leur empreinte écologique, les produits et services susceptibles d’accroître l’efficience énergétique, d’élever les taux de recyclage ou de diminuer les émissions feront l’objet d’une forte demande.
Selon nos calculs, les dépenses en biens et services liés à l’environnement devraient sensiblement augmenter d’ici à 2020. Comme le montre l’illustration 4, nos prévisions de croissance pour les segments clés du secteur des produits et services environnementaux suggèrent une progression potentielle du marché de 6 à 7% au cours des cinq prochaines années. 
 
Une bonne nouvelle pour les investisseurs axés sur l’environnement.
Taille du marché potentiel des produits et services environnementaux, prévisions, en milliards USD
Investing_for_Growth_FR_FIG4.png

Source: Pictet Asset Management; prévisions internes

Les sociétés dotées d’une expertise spécialisée acquièrent souvent un avantage concurrentiel, susceptible de se traduire à terme par une forte croissance du chiffre d’affaires et des bénéfices.

Cette ingéniosité et ce potentiel de croissance sont inhérents à des domaines tels que l’efficacité énergétique, les technologies liées à l’eau et l’économie dématérialisée, largement représentés au sein du portefeuille Global Environmental Opportunities de Pictet AM.

Efficacité énergétique

Utiliser l’énergie de manière plus efficiente constituera un élément clé de la transition mondiale vers un futur plus durable. A l’heure actuelle, seulement près d’un tiers de l’énergie primaire (avant toute conversion ou transformation) de la planète atteint son point d’utilisation. Deux tiers se perdent en route. Des technologies innovantes visant à réduire la consommation et le gaspillage d’énergie sont d’ores et déjà intégrées à une vaste gamme d’activités, notamment dans le secteur manufacturier, la construction, la gestion de bâtiments et les transports. Elles influeront sensiblement sur les flux énergétiques, tant dans les pays industrialisés que dans les régions émergentes. Les entreprises qui développent ces technologies constituent donc des opportunités d’investissement intéressantes.

L'eau

It is in the area of water recycling, an activity which will be crucial in helping ease the strains on the world’s water supply, where the private sector’s innovative products are being deployed to particularly good effect.
Taille du marché de la réutilisation des eaux usées
Prévisions, en millards USD
Investing_for_Growth_FR_FIG5.png

Source: Global Water Intelligence

C’est dans le domaine du recyclage de l’eau (appelé à jouer un rôle majeur dans les efforts déployés pour réduire la pression sur les ressources en eau de la planète), que le déploiement des produits novateurs émanant du secteur privé s’avère le plus efficace. A l’heure actuelle, l’homme ne recycle que 20% de ses eaux usées, soit un niveau bas, non durable. Or, les technologies de traitement des eaux élaborées par des sociétés privées peuvent sensiblement accroître les taux de réutilisation. 
 
Comme le montre l’illustration 5, le marché des équipements de recyclage de l’eau progresse rapidement. Et ce n’est là qu’un domaine parmi tant d’autres où la contribution des sociétés privées innovantes est déterminante. L’élaboration de techniques d’irrigation efficientes, par exemple, constitue un autre domaine d’expertise des sociétés privées.
04

Capitaliser sur les entreprises pour réparer les dommages environnementaux

La pollution environnementale, la déforestation et la raréfaction de nos sources d’eau et d’énergie menacent la viabilité de notre planète. Mais les entreprises du monde entier sont désormais conscientes de ces risques, ce qui est encourageant. Des entités de recherche de référence telles que le  Forum économique mondial ont décrit les effets délétères du changement écologique comme l’un des plus grands risques pesant sur l’expansion économique future.
Stratégie global environmental opportunities de Pictet AM
Ventilation du portefeuille
Investing_for_Growth_FR_FIG6.png

Source: Pictet Asset Management, au 31.05.2015

Au niveau microéconomique, les sociétés commencent non seulement à réduire leur impact sur l’environnement, mais elles sont de plus en plus nombreuses également à développer des produits et des services visant à éviter une crise écologique. 
 
Les entreprises actives sur ces deux fronts constituent à nos yeux des propositions d’investissement intéressantes. Acquérir une participation dans de telles sociétés  permet à l’investisseur de soutenir les efforts de préservation de l’environnement et de réaliser des plus-values potentiellement
attrayantes.
05

Ce qu'il faut retenir

les investissements environnementaux viables de demain

Les gouvernements du monde entier accordent une attention accrue aux problèmes écologiques qui menacent la planète.

Par le biais d’investissements considérables dans la lutte contre la pollution, la protection des ressources naturelles et le développement de sources d’énergie plus efficientes, d’une part, et via l’introduction de nouvelles lois et réglementations, visant à faire des entreprises – toutes tailles confondues – de meilleurs protecteurs de l’environnement.

La prise de conscience du grand public progresse quant à elle de manière exponentielle.

Le succès retentissant du documentaire Under the Dome («Sous le Dôme»), dénonçant les niveaux alarmants de pollution atmosphérique en Chine, vu plus de 200 millions de fois sur Internet quelques jours après sa mise en ligne atteste de cette prise de conscience.

Ces évolutions ont un impact significatif sur l’investissement.

Les sociétés qui allient de solides critères environnementaux à des solutions innovantes constituent à nos yeux les investissements environnementaux viables de demain et sont au coeur de la stratégie Environmental Megatrend Selection de Pictet Asset Management.