I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Vous souhaitez accéder au site pour Investisseurs particuliers?

HongKong_EMMonitor_heroes_201806.jpg

Le capital humain sur les marchés émergents

Novembre 2019

Débloquer le capital humain dans les économies émergentes

Tous les pays en développement disposent d’une ressource largement sous-exploitée: leur population. Les investisseurs en dette émergente doivent absolument garder cela à l’esprit.

Le déblocage du capital humain est fondamental pour déverrouiller le potentiel des économies émergentes.

Notre analyse montre que l’amélioration du capital humain – qui représente la valeur économique des compétences et des capacités des personnes – favorise la productivité et la croissance d’un pays, ce qui permet une augmentation de sa notation de crédit. Les implications pour les investisseurs en obligations des marchés émergents sont importantes.

La majorité des pays en développement s’améliore selon l’indice de développement humain (IDH) des Nations Unies. Cela dit, alors que les 50% supérieurs se voient récompensés, en moyenne, par une hausse de leur notation de crédit de 2,13 crans (où, par exemple, un passage de A à AA constitue un cran), ceux de la seconde moitié n’obtiennent que 0,24 cran1 (voir la Fig.1).

Fig 1. les meilleurs élèves en matière d’IDH ont également bénéficié de hausses de notation importantes
Hausse (+)/Baisse (-) denotation
Effet de l’indice de développement humain sur les notations de crédit

Variation de l’IDH par rapport à l’évolution des notations entre 2001 et 2017. L’échantillon comprend les pays émergents où des données sont disponibles. Source: Données de l’OCDE sur la productivité, données de l’IDH de l’ONU.

Malgré cela, les investisseurs ont toujours eu tendance à ignorer le capital humain lors de l’évaluation des perspectives des pays en développement, notamment parce que c’est un facteur difficile à mesurer et analyser. Les choses changent, cependant. Récemment, le Projet sur le Capital Humain de la Banque mondiale, l’indice de développement humain de l’ONU et les objectifs de développement durable ont placé le capital humain sous les feux de la rampe en lui offrant de nouvelles méthodes de mesure. Chez Pictet Asset Management, l’équipe consacrée à la dette des marchés émergents s’appuie sur ces outils dans le cadre de son analyse pays, notamment pour les questions liées aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Fondamentaux pour les perspectives des marchés émergents

Il est aujourd’hui particulièrement important de bien comprendre le capital humain pour dissiper une partie de la morosité qui assombrit les perspectives des marchés émergents. La montée du protectionnisme, les progrès difficiles dans les réformes structurelles et la fin d’un cycle exceptionnel pour les matières premières sont considérés comme autant de freins pour l’industrie traditionnelle et le développement permis par les exportations. Cependant, dans un monde où les flux d’informations prennent le pas sur les marchandises et deviennent des sources de plus en plus importantes de croissance, le capital humain latent offre aux pays émergents un potentiel considérable. C’est pourquoi il est essentiel que ces pays investissent dans leurs habitants (Fig. 2).

Fig 2 les meilleurs élèves en matière d’IDH sont également les champions de la productivité
% de variation de la productivité (2001-2017)
Effet de l’indice de développement humain sur la productivité

% de variation de la productivité par rapport au classement en percentile de la variation de l’IDH entre 2001 et 2017 pour les pays où des données sont disponibles (43 pays émergents et développés). Source: Données de l’IDH de l’ONU, Notations S&P converties au format numérique afin que +/-1 point se traduise par un cran d’augmentation/abaissement de la note. Source: notations S&P.

C’est également pour cela que nous veillons à toujours évoquer le capital humain lors de nos échanges avec les décideurs politiques. Nous avons en effet dépassé l’approche traditionnelle des investisseurs sur les marchés émergents en matière de due diligence, et nous recherchons de nouvelles sources d’informations.

Passer de la compréhension du capital humain à son renforcement

Le capital humain est un concept aussi ancien que l’économie moderne. Au XVIIIe siècle, l’économiste et philosophe Adam Smith le décrivait comme «les capacités acquises et utiles de tous les habitants ou membres de la société». Plus récemment, Paul Romer a reçu le Prix Nobel d’économie pour ses travaux qui placent le capital humain et l’innovation au cœur de la théorie de la croissance économique.

Le débat s’est étendu au-delà de la question de l’importance du capital humain pour la croissance économique pour porter sur ses répercussions sur le type de croissance d’un pays: est-il ainsi sur un itinéraire de développement plus ou moins inclusif, et donc durable?

Cependant, pour percevoir dans sa globalité la façon dont le capital humain sert le développement des économies émergentes, il ne faut pas se contenter des interactions avec les institutions que les investisseurs sur ces marchés connaissent le mieux et maîtrisent. Il ne suffit pas de s’en tenir à l’inventaire habituel des représentants gouvernementaux et des dirigeants d’entreprises, ou d’être promené en bus entre sa chambre d’hôtel et des bureaux climatisés.

Pour percevoir dans sa globalité la façon dont le capital humain sert le développement des économies émergentes, il faut regarder au-delà des interactions avec des représentants gouvernementaux et des dirigeants d’entreprises.

L’un des moyens par lesquels nous mettons au point une vision de terrain du développement social et économique des pays que nous couvrons passe par la construction d’un partenariat avec Empower, une organisation caritative respectée et innovante dont le travail porte sur les jeunes des économies émergentes. Les contacts que nous avons avec les responsables des programmes dans les principales régions et les principaux pays nous offrent une perspective de terrain et nous mettent en relation avec des personnes auxquelles nous n’aurions autrement pas accès.

L’un de ces programmes est Mamelani Projects, en Afrique du Sud2. Mamelani a été créée par de jeunes professionnels du développement communautaire en vue d’aider les nombreux jeunes sans domicile des townships du Cap, qui ont grandi dans des institutions et son souvent orphelins ou victimes de l’épidémie de sida qui sévit dans le pays. Grâce à Empower, Robert Simpson, gérant d’investissement de Pictet AM, a récemment eu la possibilité de passer du temps avec Gerald Jacob, le directeur de Mamelani. Il a ainsi pu découvrir de lui-même l’approche exhaustive de Mamelani pour renforcer le capital humain de la jeunesse locale grâce à l’association d’un soutien émotionnel personnalisé, d’une éducation et d’une formation aux compétences nécessaires à la vie courante, y compris en aidant les jeunes à constituer leurs propres réseaux de soutien.

«Cela m’a permis de justifier mes décisions auprès du gouvernement sud-africain au sujet de la meilleure façon d’équilibrer immédiatement les critères budgétaires par rapport à la protection des sources de croissance à long terme», explique Simpson.

À l’occasion d’autres voyages récents, différents membres de l’équipe de Pictet AM consacrée à la dette des marchés émergents ont pu rencontrer des organisations caritatives financées par Empower au Brésil et en Argentine. Chaque réunion a apporté une multitude d’informations pour nos analyses pays.

Elles nous ont également aidés à discuter de façon plus étayée et précise avec les décideurs politiques et les dirigeants d’entreprise qui disposent de l’autorité pour peser sur les politiques qui affectent le développement du capital humain. Les populations de ces pays bénéficieront au bout du compte de notre capacité à transmettre le bon message. Nous pourrons ainsi veiller à devenir de meilleurs gestionnaires du capital de nos investisseurs et, nous l’espérons, améliorer leurs performances à long terme.