I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Les retombées des nouveaux objectifs pour le climat de l’UE sur le secteur des énergies propres

Octobre 2020

Objectif zéro carbone : l’Europe relève son ambition en matière d’énergie propre

Les nouveaux objectifs, très ambitieux sur le climat, aideront l’Europe à atteindre la neutralité carbone et favoriseront les investissements dans le secteur des énergies propres.

Passer à la vitesse supérieure. C’est exactement ce que l’Union européenne vient de faire avec son virage vers une économie plus durable.

Ces nouvelles mesures pour le climat proposent de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55% par rapport à leur niveau de 1990 d’ici à la fin de la décennie.

C’est nettement plus ambitieux que les 40% précédemment ciblés par l’UE, et cela signifie que l'espace européen pourrait atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050.

On comprend aisément pourquoi l’UE est aussi déterminée à mener une relance verte.

S’il est correctement mené à bien, ce plan offre la perspective alléchante de restaurer à la fois l’environnement et l’économie.

Les fonds qui y sont consacrés pointent en tout cas dans cette direction. Le train des mesures envisagées se traduira par environ 7 000 milliards d’euros de nouveaux investissements écologiques d’ici à 2050. Point fondamental pour les perspectives économiques de la région, une grande part de cette somme sera dirigée vers le secteur environnemental (voir Fig. 1) – un secteur en forte croissance, dont la contribution au PIB est de plus en plus élevée.

La valeur ajoutée brute (VAB) du secteur environnemental – qui mesure sa contribution à la production nationale – a grimpé de 63% entre 2003 et 2015 pour atteindre 286 milliards d’euros. Le secteur compte quelques domaines particulièrement dynamiques comme la gestion des ressources, qui comprend les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique et dont la croissance sur cette même période s’élève à 150%1.

Fig. 1 - Ambitions écologiques
Infographie sur le new deal écologique de l’UE

* Cadre financier pluriannuel. Source: Commission européenne, Pictet Asset Management

Plus généralement, le secteur des biens et services environnementaux du vieux continent peut maintenant se targuer de rivaliser avec celui des États-Unis.

Il rassemble déjà 4 millions d’employés en équivalent temps plein, en hausse de 38% depuis 2003 et a contribué pour plus de 2% au PIB de la région en 2015.

Véhicule Electrique : feu vert

Ce plan va transformer les transports, l’énergie et l’immobilier.

Prenons l’exemple des voitures. Si les gouvernements européens souhaitent atteindre leurs objectifs de croissance et de pollution, les véhicules électriques vont devoir évoluer et devenir un secteur stratégique.

L’approche adoptée ici est celle de la carotte et du bâton.

La France a lancé un programme de 8 milliards d’euros pour soutenir le secteur des véhicules électriques (VE), avec pour objectif de produire plus d’un million de voitures électriques et hybrides au cours des cinq années à venir. Ce plan comprend également des incitations financières destinées à réduire le coût à l’achat d’un VE jusqu’à 40%.

L’Allemagne a également renforcé son soutien pour le transport zéro émission en doublant ses subventions, qui peuvent atteindre 9 000 euros, après une précédente augmentation en novembre 20192.

Ces incitations ont déjà eu des retombées notables sur la montée en puissance des VE. Les ventes de véhicules électriques en Allemagne ont par exemple augmenté pour atteindre 13% du total des ventes d’automobiles en août 2020, contre seulement 2,5% un an plus tôt.

Les autorités de réglementation jouent également leur rôle. L’Europe, deuxième marché après la Chine pour les VE, dispose dorénavant de normes d’émissions sévères. Chaque constructeur automobile doit à présent plafonner les émissions de tous ses modèles à 95 g de CO2/km en moyenne d’ici à fin 2020, soit près de 20% en deçà du niveau moyen en 2018. Cette limite passera à 81 g en 2025 et à 59 g en 2030.

Et malheur à ceux qui ne respecteront pas les règles du jeu: l’amende par véhicule s’élèvera à 95 € par g/km au-dessus de la limite. Les constructeurs automobiles qui n’arriveront pas à réduire leurs émissions de CO2 par rapport à 2019 s’exposent à des amendes de plusieurs milliards d’euros par an.

Tout cela contribue à renforcer la croissance de l’e-mobilité (voir Fig. 2).

Fig. 2 - Sur la route de la neutralité carbone
Véhicules électriques et hybrides rechargeables en % du total des ventes de voitures en Europe

Source: UBS, Données d’immatriculations nationales, données couvrant la période du 01.01.2019 au 30.09.2020

Mieux reconstruire

La construction immobilière occupera également une place centrale dans le plan de relance européen, notamment parce que 70% de l’ensemble des bâtiments de la région ont plus de 20 ans.

Le new deal écologique européen consacre quelque 370 milliards d’euros, ou 53 milliards par an, à la rénovation afin de renforcer l’efficacité énergétique et de décarboner les bâtiments existants. Cela représente un solide coup de pouce au secteur de la rénovation en Europe, dont la valeur s’élevait à 819 milliards d’euros en 20193.

L’Europe propose également d’engager 100 milliards d’euros en recherche et développement (R&D) pour les secteurs numérique et environnemental. Le programme prévu pour sept ans à partir de 2021 a pour objectif de renforcer la productivité et la croissance et de maintenir la compétitivité des secteurs qui coïncident avec les objectifs du new deal écologique. La Commission estime que chaque euro investi en R&D pourrait avoir un effet de levier de 11 euros.

En matière de développement durable, l’Europe vient de placer la barre plus haut. Ses ambitieux engagements de dépenses en faveur de l’écologie et le durcissement des réglementations offrent non seulement un modèle environnemental à suivre à d’autres pays, mais ils annoncent aussi des perspectives de croissance économique plus solide et ouvrent de nouvelles possibilités d’investissement.

Stratégie Clean Energy de Pictet AM: investir dans la transition énergétique

Les objectifs climatiques pour 2050 de l’Europe devraient révolutionner et transformer de nombreux secteurs. Chacun d’eux représente des opportunités d’investissement riches et diverses qui sont sous-estimées par l’ensemble du marché.

  • E-mobilité: Pour atteindre les cibles d’émissions, le secteur du transport doit changer quelque 80% de ses sources d’énergie. BNEF estime que 57% des ventes de véhicules particuliers seront électriques dans le monde d’ici à 2040, contre seulement 3% en 2019. Cela favorisera probablement les investissements non seulement dans les constructeurs de VE, mais aussi, et de façon encore plus significative, en vue de soutenir des technologies comme les batteries et les semi-conducteurs de puissance, ainsi que les réseaux électriques intelligents et les infrastructures de recharge.
  • Renouvelables: Dans le cadre du plan européen, la part des énergies renouvelables dans la production électrique doit atteindre 85% d’ici à 2050 contre 20% aujourd’hui. L’éolien et le solaire doivent en couvrir la majeure partie. La production d’électricité évolue et de plus en plus de producteurs d’électricité européens accélèrent leur production d’énergie renouvelable grâce à des plans d’expansion agressifs. Un chiffre vient souligner cette tendance: alors que la production d’énergie dans l’UE a reculé de près de 10% en juillet par rapport à l’année précédente, celle d’énergie renouvelable a progressé de plus de 8%.
  • Bâtiments verts: Tous les nouveaux bâtiments en Europe devront avoir un «bilan énergétique net nul» à compter de 2021. Nous tablons également sur une augmentation significative de la demande pour moderniser les bâtiments existants. Cela devrait profiter aux sociétés qui produisent des matériaux de construction et d’isolation de haute performance, des pompes à chaleur et des éclairages à LED ainsi que des systèmes de chauffage, ventilation et climatisation (CVC) intelligents et d’autres technologies et équipements destinés à améliorer l’efficacité énergétique.