ABONNEZ-VOUS À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Pour suivre nos actualités et nos analyses de marché

Placements

PEE, PERCO, PER d’entreprise collectif : dans quelle enveloppe d’épargne salariale investir ?

Mars 2020

Difficile de se décider sur l’enveloppe des primes d’intéressement ou de participation. Même si les plans consacrés à la retraite permettent d’aller chercher un abondement de l’employeur plus important, les salariés doivent surtout faire leur choix en fonction de leurs projets, et du moment où ils voudront récupérer leur épargne.

Lorsque les entreprises proposent à leurs salariés des outils d’épargne salariale, elles leur permettent de loger leurs primes d’intéressement, de participation et l’abondement qu’elles leur octroient, dans un PEE ou dans un PERCO (à défaut d’un PER d’entreprise collectif), voire dans les deux types d’enveloppes.

De leur côté, les petites entreprises proposent parfois des PEI (plans d’épargne interentreprises) ou des PERCOI (plans d’épargne retraite collective interentreprises). Ce sont les mêmes dispositifs mais qui fonctionnent pour plusieurs entreprises.

Pour le salarié, il est parfois difficile de se décider. Lorsqu’il a accès à plusieurs solutions, il lui faut choisir son enveloppe en fonction de ses objectifs et de la date à laquelle il devra mobiliser son épargne.

Le Plan d’épargne entreprise, pour le moyen terme

Le Plan d’épargne entreprise (PEE) est un produit d’épargne salariale de moyen terme. Les sommes investies doivent y rester logées pendant cinq ans. Chaque année, le salarié peut donc libérer l’épargne qu’il a déposée cinq ans plus tôt. Mais dans un grand nombre de situations, il est possible de débloquer toute son épargne de façon anticipée. C’est notamment le cas :

  • Pour l’acquisition de la résidence principale.
  • Pour le mariage du salarié.
  • Pour son divorce ou sa rupture de Pacs.
  • Lorsqu’il crée une entreprise.
  • Lorsqu’il quitte l’entreprise.

En tout, il y a neuf cas de déblocages anticipés. C’est donc l’enveloppe à privilégier par le salarié lorsqu’il a des projets à moyen terme. Et si ses projets sont différés ou qu’il n’a pas besoin de son épargne pour les financer, il peut continuer à effectuer des versements régulièrement et conserver son enveloppe. Chaque année, il choisit le fonds commun de placement sur lequel il souhaite investir son épargne, en fonction de la dose de risque qu’il souhaite prendre. Mais il peut à tout moment arbitrer, c’est-à-dire déplacer les sommes investies, vers un support plus dynamique ou, au contraire, plus sécurisé. Lorsqu’il récupèrera son épargne, on distinguera le capital placé de la plus-value. Il n’y aura aucun impôt sur le montant placé, mais la plus-value sera soumise à 17,2% de prélèvements sociaux. 

Le PERCO ou le PER d’entreprise collectif, en vue de la retraite

Lorsque le salarié est certain de ne pas avoir besoin de mobiliser d’épargne à moyen terme, il peut investir dans une enveloppe dédiée à la préparation de la retraite, le PERCO, et sa nouvelle version prévue par la loi Pacte, le PER d’entreprise collectif.

Avec ces deux produits, les conditions de retrait anticipé sont nettement plus strictes. Les deux seuls cas de déblocage sont la retraite et l’acquisition d’une résidence principale. D’autres situations permettent de récupérer l’épargne mais ce sont des accidents de la vie : invalidité, décès du conjoint, fin de droits au chômage, surendettement…

Même si le PERCO et le PER d’entreprise collectif permettent au salarié de profiter d’un abondement plus fort que sur le PEE, il est conseillé de ne pas y investir de sommes trop importantes en début de carrière. Il est recommandé, en revanche, d’augmenter son effort lorsque la retraite approche.

Dans la plupart des cas, la gestion de l’épargne confiée est pilotée, c’est-à-dire que les sommes sont fortement exposées aux marchés financiers lorsque le salarié est jeune. Plus il s’approche de l’âge de la retraite, plus les montants sécurisés sont importants.

La sortie peut se faire sous forme de capital ou de rente viagère à titre onéreux. Dans la pratique, très peu de jeunes retraités optent pour la rente : 1%, selon l’AFG (Association française de la gestion financière). Le retrait d’un capital se fait à des conditions fiscales très avantageuses. Les sommes investies ne supportent aucun impôt. Les gains ou plus-values, eux, sont soumis à 17,2% de prélèvements sociaux.

La loi Pacte du 22 mai 2019 a modifié les produits dédiés à l’épargne retraite. Ainsi, le PERCO a vocation à être progressivement remplacé par le PER d’entreprise collectif. A partir du 1er octobre 2020, les entreprises ne pourront plus souscrire de PERCO, elles devront choisir le PER d’entreprise collectif. Les différences entre les deux générations de produits, en ce qui concerne la fiscalité et les modalités de sortie, sont marginales. Toutefois, le PER d’entreprise collectif offre au salarié la possibilité d’effectuer des versements volontaires défiscalisés dans un autre compartiment. Autre différence : le plafond de versements du PERCO (25% des revenus annuels) n’existe plus sur le PER d’entreprise collectif. 

Points essentiels à retenir

  • Il existe trois enveloppes d’épargne salariale : le PEE, le PERCO et le PER d’entreprise collectif.
  • Le PEE (Plan d’épargne entreprise) est destiné aux projets de moyen terme.
  • Le PERCO (Plan d’épargne pour la retraite collectif) et le PER d’entreprise collectif sont dédiés à la retraite.
  • Lorsque le salarié a le choix entre plusieurs types d’enveloppes, il doit se demander si les projets qui pourraient mobiliser son épargne sont proches ou prendront forme au moment de la retraite. 

 

Les différents dispositifs d’épargne salariale en quelques chiffres