I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Octobre 2020

Saison des profits - les prémices d’un beau mois d’octobre

C’est parti ! La saison des profits a débuté avec les grandes banques américaines. Citigroup annonce un coût du crédit de 2,2 milliards de dollars US seulement, à comparer avec 14 milliards pour le premier semestre. La tendance est similaire chez JP Morgan.

Un bon départ donc, qui témoigne d’une stabilisation de la santé financière des entreprises américaines. Dans sa dernière lettre mensuelle, Moody’s nous écrivait que le taux de défaut du High Yield global s’était établi en août à 6.40%, niveau le plus élevé depuis plus de 10 ans. Brrrr ! Mais l’agence soulignait qu’une baisse du rythme des faillites était à prévoir dès le premier trimestre 2021. Les résultats des grandes banques américaines tendent à confirmer ce second point. Plutôt rassurant, le spectre d’une nouvelle crise financière s’évanouit progressivement.

Les investisseurs devraient apprécier. Le secteur bancaire, grand souffrant de cette crise, pourrait re-trouver des couleurs dans les jours qui viennent. Attention toutefois de ne pas s’emballer. Les taux sont bas pour longtemps et les Fintech se développent à grande vitesse. La pression sur les marges des banques est forte et durable.

Quels résultats suivre dans les jours qui viennent ? Nous écouterons avec attention les messages des sociétés cycliques. La reprise économique est-elle aussi solide que ce que les enquêtes le prétendent ? Et qu’en est-il des prévisions pour 2021 ? Les annonces ce matin du danois AP Moller Maersk sont encourageantes. Ce géant du fret maritime, 15% de parts de marché, a annoncé une hausse des revenus très largement supérieure aux attentes des analystes. La reprise du commerce mondial se confirme. Excellent augure pour les entreprises cycliques.

Mais là aussi, restons calmes. Certes, le secteur automobile accélère ce trimestre et les valeurs de l’aéronautique fauchent les marguerites. Mais dans ces secteurs comme dans le secteur bancaire, les grandes tendances économiques et sociales soufflent un vent contraire, et les rallyes sont souvent de courte durée.

Si l’on regarde bien au-delà des publications de ce trimestre, alors, une fois de plus, ce sont les entre-prises technologiques qui devraient tirer leur épingle du jeu. Trimestre après trimestre, année après année, ces dernières ont rarement déçu. Et d’ailleurs ces dernières pourraient nous apporter d’excellentes nouvelles dans les semaines qui viennent.