I am Article Layout

Lecture en cours: Ajouter des actions thématiques à des portefeuilles diversifiés



Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Vous souhaitez accéder au site pour Investisseurs particuliers?

Les actions thématiques dans un portefeuille

Septembre 2021

Ajouter des actions thématiques à des portefeuilles diversifiés

Les actions thématiques sont des investissements grand public, que les investisseurs peuvent intégrer dans leurs portefeuilles, indépendamment de leur allocation d’actifs.

01

Popularité croissante

On les considérait autrefois comme une niche. Ces dernières années, cependant, investir dans les actions thématiques est devenu monnaie courante. Leur capacité à convertir de grandes tendances macroéconomiques, technologiques et écologiques à long terme en investissements a trouvé un écho particulier auprès d’un nombre croissant d’investisseurs. 

Toutefois, des questions demeurent sur la manière d’intégrer ces actions dans des portefeuilles qui utilisent des cadres d’allocation d’actifs traditionnels. 

En 2019, Pictet Asset Management avait fourni quelques conseils préliminaires à ce sujet, en s’appuyant sur des concepts de construction de portefeuille et des outils d’optimisation de portefeuille bien établis. 

L'objectif de cette mise à jour est double. Tout d’abord, nous souhaitons intégrer à notre analyse des hypothèses révisées sur les marchés de capitaux. Ensuite, cet article nous donne l’occasion d’expliquer l’évolution de notre réflexion sur l’inclusion des combinaisons de stratégies thématiques en tant que cœur d’un portefeuille.

Selon nous, les actions thématiques peuvent être intégrées dans des portefeuilles diversifiés en utilisant l'une des trois grandes approches suivantes. Les actions thématiques peuvent servir:

- d’allocations satellites dans une gestion cœur/satellite

- d’investissements dans le cadre d’une allocation d’actifs en actions mondiales

- de solutions alternatives à des portefeuilles d’actions entièrement diversifiés

02

Les actions thématiques en tant qu’allocations satellites

Les investisseurs qui adoptent une approche cœur/satellite se rendront compte que les actions thématiques peuvent être particulièrement efficaces comme investissements satellites. 

Dans cette approche, un portefeuille se compose de deux éléments distincts. Le «cœur» est bien diversifié et se compose généralement d’investissements traditionnels comme des actions et des obligations. Il est construit à partir d’un cadre d’allocation d’actifs standard et son objectif est de capturer les performances du marché de  différentes catégories d’actifs, autrement dit, leur «bêta». À l’inverse, les «satellites» permettent d’allouer des capitaux à des actifs qui sortent des limites du cadre d’allocation d’actifs traditionnel. Ils représentent une partie plus réduite du portefeuille total et ne dépassent généralement pas un quart des  actifs totaux. L’objectif des allocations aux satellites est soit de répondre à une vision structurelle et à long terme d’un investisseur soit de profiter d’opportunités qui se présentent sur des délais beaucoup plus courts. Dans un cas comme dans l’autre, elles ont pour but d’accéder à des sources supplémentaires d’alpha (une performance supérieure au marché, ou indépendante de celui-ci) ou de diversifier les risques.

Comment les actions thématiques s'en sortent-elles en tant que satellites ? La Fig. 2 montre les résultats de notre modèle de simulation et d’optimisation, qui combine des portefeuilles composés d’une allocation en actions mondiales traditionnelles (indice MSCI All Countries World) avec un indice d’obligations d’État mondiales ainsi qu’une allocation représentative d’une seule stratégie d’actions thématiques de la gamme Pictet Asset Management. Ces résultats suggèrent que pour les portefeuilles qui affichent une tolérance au risque et une performance cible plus élevées, les actions thématiques devraient représenter jusqu’à 20% des actifs investissables. Vous trouverez à l’Annexe 1 des informations plus détaillées sur la méthodologie.

Fig. 2 – Allocation dans une stratégie thématique représentative

Allocation optimisée dans un satellite thématique  (aucun avantage de performance supposé)

Fig. 2 Performances pour une allocation optimisée

Source: Pictet Asset Management;  données couvrant la période allant du 31.12.2008 au 28.02.2021 Portefeuille thématique tiré au hasard chaque mois à partir des stratégies thématiques disponibles. Simulation basée sur 100 tirages aléatoires et sur le calcul ultérieur d’une frontière efficace. Le graphique représente le tiers inférieur des allocations en actions thématiques pour toutes les simulations. Pour obtenir plus de précisions sur la méthodologie et les hypothèses des marchés de capitaux, voir les sections 1 et 4 des Annexes. 

Ce résultat illustre, selon nous, l’approche ciblée et sans contrainte liée à un indice de référence que les stratégies thématiques adoptent.

En investissant dans des sociétés spécialisées de secteurs économiques qui ne correspondent pas aux classifications traditionnelles, l’univers de l’investissement en actions thématiques diffère radicalement de ce que représentent des indices boursiers mondiaux comme le MSCI World. Les gestionnaires de portefeuille bénéficient d’une flexibilité supplémentaire, car ils n’investissent pas en fonction d’un indice de référence du marché. Ils proposent ainsi un portefeuille qui n’affiche que très peu de points communs avec les indices boursiers traditionnels. 

 
03

Actions thématiques en tant qu’allocations en actions mondiales

Bien que l’approche cœur/satellite soit relativement populaire, la majorité des investisseurs, professionnels ou non, allouent leurs actifs selon des critères régionaux. Il s’agit d’une stratégie qui divise l’univers d’investissement en grands blocs régionaux comme l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest et l’Asie-Pacifique.

Cependant, de solides arguments plaident en faveur de la création d’une allocation en «actions mondiales» aux côtés d’allocations régionales de plus grande taille.

Compte tenu de la corrélation relativement forte des performances entre les différents marchés régionaux, l’ajout d’une classe d’actifs mondiale différenciée comme les actions thématiques peut contribuer à diversifier les sources de risque et de performance. 

Certaines stratégies d’actions thématiques fonctionnent plus efficacement que d’autres pour compléter des portefeuilles régionaux ou nationaux. Les plus efficaces investissent simultanément sur plusieurs thèmes d’investissement et sont donc plus largement diversifiées. Les stratégies qui affichent ces caractéristiques peuvent représenter une part plus importante d’une allocation d’actions mondiales.

Fig. 3 – Actions thématiques dans une allocation en actions mondiales
Fig. 3 Diagramme circulaire

Source: Pictet Asset Management. Uniquement à titre d’illustration.

En effet, lors de la construction de portefeuilles thématiques personnalisés pour certains de nos clients, nous avons découvert un potentiel non négligeable dans l’association de deux ou plusieurs stratégies thématiques au sein d’une même allocation. Les avantages sont doubles. 

Tout d’abord, le regroupement de portefeuilles thématiques peut être judicieux d'un point de vue fondamental. Certains portefeuilles thématiques sont complémentaires. En d’autres termes, des stratégies qui reposent sur les mêmes tendances structurelles fonctionnent naturellement bien lorsqu’elles sont associées. En regroupant ces portefeuilles dans un investissement plus important, les investisseurs ont la possibilité d’exploiter les mêmes mégatendances, mais à travers une gamme d’investissements beaucoup plus large.

Le deuxième avantage est la diversification. En associant de cette façon des stratégies thématiques, il est possible de diversifier les sources de performance et de risque, ce qui se traduit par un portefeuille au profil de risque/performance potentiellement supérieur. 

L’étude des performances de plusieurs combinaisons de portefeuilles thématiques permet d’illustrer ce résultat. Les combinaisons choisies pour cette étude sont brièvement décrites dans l’encadré situé à la fin de ce chapitre. L’annexe 2 contient une analyse plus détaillée, qui intègre un ensemble plus large de combinaisons thématiques, ainsi qu’une description de notre méthodologie.

Dans le cadre d’une étude sur l’optimisation d’un portefeuille, il est utile d’associer des investissements à risques élevé et faible afin d’obtenir des combinaisons de risques intermédiaires. Les combinaisons utilisées pour une telle étude ont été conçues pour illustrer les raisons qui expliquent l’intérêt potentiel de ces portefeuilles au sein d’une allocation d’actifs plus large, en fonction de techniques d’optimisation standard. L’illustration n’est en aucun cas exhaustive. Les pondérations en portefeuille fournies doivent être considérées comme une indication approximative et non comme une recommandation. 

Fig. 4 – Profil de risque des stratégies thématiques sélectionnées
Fig. 4 Tableau des profils de risque

Source: Pictet Asset Management.

Pour décrire le rôle que ces configurations de stratégies peuvent jouer dans un portefeuille bien diversifié, nous pouvons utiliser les mêmes outils d’optimisation de portefeuille que ceux qui figurent à la Section 2 (Fig. 4; voir l’Annexe 3 pour une explication complète). À partir de données allant de janvier 2017 à février 2021, nous construisons la frontière efficace, qui se compose d’allocations en actions mondiales, obligations d’État mondiales (à partir du MSCI World et du Bloomberg Barclays Global Aggregate, respectivement, comme indices de référence) et dans des combinaisons de portefeuilles thématiques. À des fins de présentation, nous ne montrons que la composition du portefeuille correspondant à un objectif de performance/risque intermédiaire (objectif de performance annualisé de 4,9%).

Il est intéressant de noter que l’exercice d’optimisation du portefeuille montre que des allocations importantes en actions thématiques sont intéressantes, même en partant d’une hypothèse d’absence de performance excédentaire de ces actions par rapport à l’indice MSCI World ou, dans les cas où les mesures de volatilité étaient plus élevées, d’une performance excédentaire annualisée de seulement 25 points de base. (Les observations qui tablent sur une hypothèse de performance excédentaire de 25 points de base sont identifiées par un astérisque (*).) 

 

Fig. 5  - Composition optimisée du portefeuille pour le profil risque/performance intermédiaire, sélection de combinaisons thématiques de portefeuille
Fig. 5 Composition du portefeuille pour les profils de performance ajustée du risque

Source: Pictet Asset Management.

Au lieu de trop s’attarder sur des chiffres d’allocation spécifiques, qui peuvent être assez sensibles à de petites variations dans les hypothèses, la conclusion générale à tirer est la suivante: des hypothèses raisonnables permettent de créer des combinaisons thématiques qui justifient une allocation significative. Dans certains cas, l’allocation indicative est même plus importante que celle qui est proposée pour les actions mondiales. Cela soutient l’idée selon laquelle une allocation diversifiée en actions thématiques peut représenter une part substantielle d’un portefeuille d’actions mondiales.
Les avantages pour les portefeuilles liés au fait d’associer plusieurs thèmes peuvent notamment s’expliquer par la plus grande diversification sectorielle permise par cette approche. Comme le montre la Fig. 5, les combinaisons thématiques fournissent une exposition de 8 à 10 des 11 principaux secteurs économiques de l’indice de référence MSCI World. L’indice de Herfindahl, qui représente de façon plus systématique la concentration sectorielle, suggère que les niveaux de concentration sectorielle correspondent à ceux de portefeuilles équipondérés de quatre à sept secteurs, tandis que les actions mondiales présentent des niveaux compatibles avec un portefeuille équipondéré de huit secteurs. Ainsi, même si le niveau de diversification sectorielle de ces combinaisons thématiques reste inférieur à un portefeuille d’actions mondiales, elles affichent tout de même une diversification assez élevée.
Fig. 6 – Composition sectorielle et concentration de combinaisons de portefeuille thématiques sélectionnées
Fig 6 sector composition.png

Source: Pictet Asset Management. L’indice de Herfindahl est calculé à partir de la somme des carrés des parts de chaque secteur en portefeuille. Il sera de 0,5 pour un portefeuille équipondéré de deux secteurs, de 0,25 pour un portefeuille équipondéré de quatre secteurs et de 0,125 pour un portefeuille équipondéré de huit secteurs. À titre indicatif, la valeur de l’indice de Herfindahl du MSCI ACWI est de 0,12. Par ailleurs, pour les portefeuilles monothématiques sous-jacents, l’indice varie de 0,45 à 0,2, ce qui laisse entendre que les combinaisons thématiques contribuent à réduire considérablement la concentration sectorielle, augmentant ainsi la diversification. Source: Pictet Asset Management. 

La concentration ou la diversité de ces portefeuilles peuvent également être mesurées à l’aide d’une analyse de style. La Fig. 6 montre les résultats d’une telle étude. Alors que l’analyse montre que toutes les combinaisons de portefeuille présentent un biais en matière de croissance et de taille, leur exposition à tous les autres facteurs présente des différences significatives. 
Fig. 7 - Expositions aux facteurs de style sélectionnés: combinaisons de portefeuilles thématiques et MSCI ACWI
Fig 7 style exposure.png

Source: Pictet Asset Management; données issues d’observations d’exposition moyenne du 30.04.2018 au 30.04.2021 et du modèle de risque Axioma. 

combinaisons thématiques

Ensemble, c’est mieux: les combinaisons de portefeuilles thématiques

Changements générationnels:                                                                              Pictet-Health, Pictet-Digital, Pictet-Premium Brands, Pictet-Human (25% chacun)                                                                                                                        Les baby-boomers et les echo-boomers/millenials forment deux grandes cohortes qui exerce une forte influence sur des pans entiers de la société au cours des différentes phases de leur cycle de vie. Cette combinaison exploite l’influence de ces deux groupes. Elle met pour cela l’accent sur les soins liés à la vieillesse, les loisirs pendant la retraite ainsi que la consommation de services numériques.

04

Portefeuilles thématiques entièrement diversifiés

Les stratégies d’actions thématiques peuvent également être utilisées comme solutions alternatives ou de remplacement à des portefeuilles d’actions mondiales qui investissent dans tous les secteurs économiques. 

Comme l’horizon des actions thématiques s’élargit, le nombre et la gamme des investissements en actions thématiques ont augmenté. Ainsi, en investissant de manière thématique, les investisseurs peuvent désormais espérer atteindre le même niveau de diversification qu’en faisant le choix d’une stratégie qui s’appuie sur des indices boursiers traditionnels.

Pour illustrer cela, nous avons mené une analyse à partir des deux stratégies thématiques les plus larges de Pictet Asset Management: Pictet-Global Megatrend Selection (GMS), dont l’allocation est répartie à parts égales entre toutes les stratégies thématiques de la société, et Pictet-Global Thematic Opportunities (GTO), qui est un portefeuille thématique concentré à forte conviction. 

Fig. 8 – Allocation optimale à un portefeuille thématique entièrement diversifié (Global Megatrend Selection)
Fig. 8 Allocation optimale à la stratégie GMS

Source: Pictet Asset Management; la procédure d’optimisation s’appuie sur des données mensuelles du 01.12.2008 au 28.02.2021. Pour calculer la matrice de covariance, elle utilise les estimations de performance pour les actions mondiales et les obligations d’État fournies à l’Annexe 4 et ne suppose aucun avantage de performance pour les actions thématiques (Pictet-Global Megatrend Selection) par rapport aux actions mondiales. Source: Pictet Asset Management.

Différents portefeuilles thématiques bien diversifiés pourraient servir à illustrer cette approche.

En utilisant la même technique d’optimisation que celle utilisée dans l’analyse décrite à la Section 2 et à l’Annexe 3, l’allocation optimale du portefeuille en actions mondiales, en obligations d’État et au fonds GMS est décrite dans la Fig. 7 pour différents objectifs de performance. La Fig. 9 présente la même analyse pour la stratégie GTO.

Sur l’ensemble des cibles de performance, l’allocation en actions mondiales et à la stratégie GMS se divise de façon presque identique, ce qui suggère qu’en matière de diversification de portefeuille, l’allocation aux différents thèmes est comparable à une approche régionale traditionnelle. Pour la stratégie GTO, qui est un portefeuille plus ciblé, la part du total des actions composée d’investissements thématiques varie d’un cinquième à un tiers entre des profils de risque modérés et agressifs. Cela correspond également à l’idée que les actions thématiques diversifiées peuvent être considérées comme des portefeuilles cœur. 

Fig. 9 – Allocation optimale dans un portefeuille thématique entièrement diversifié (Global Thematic Opportunities)
Fig. 9 Allocation optimale à la stratégie GTO

Remarque: la procédure d’optimisation s’appuie sur des données mensuelles du 01.10.2016 au 28.02.2021 Pour calculer la matrice de covariance, elle utilise les estimations de performance pour les actions mondiales et les obligations d’État fournies à l’Annexe 4 et ne suppose aucun avantage de performance pour les actions thématiques (GTO) par rapport aux actions mondiales. Source: Pictet Asset Management.

05

Discussion et perspectives

L’analyse offerte par cette étude est largement favorable à l’inclusion d’actions thématiques dans un portefeuille diversifié. 

Un défaut qu’il est possible d’opposer à cette analyse est la période de hausse quasi ininterrompue des marchés actions pendant laquelle les données ont été collectées, qui s’explique principalement par des taux d’intérêt exceptionnellement bas. 

Au cours de cette période, les actions thématiques ont en moyenne surperformé les actions mondiales. Cependant, les résultats ne dépendent pas, dans une large mesure, d’hypothèses de performances prospectives. Pour plusieurs cycles d’optimisation, aucun avantage de performance n’a été supposé pour les actions thématiques par rapport aux actions mondiales. Dans d’autres cas, lorsque le risque estimé du portefeuille était plus élevé, la performance excédentaire nécessaire pour justifier une allocation significative en actions thématiques était de 25 points de base par an. 

Ainsi, pour que ces résultats ne soient plus valides, il faudrait une variation importante de la corrélation des performances entre les actions thématiques et les classes d’actifs traditionnelles et du risque des actions thématiques. 

Même si une telle possibilité ne saurait être exclue, ce scénario semble improbable  – les actions thématiques devraient conserver leur profil performance/risque distinctif. Plusieurs raisons structurelles peuvent l’expliquer. 

Tout d’abord, la composition de l’univers d’investissement thématique lui-même. Il contient nettement moins de grandes sociétés à forte capitalisation que des indices traditionnels, ce qui a des implications importantes sur les investissements. 

De nombreux éléments montrent que, sur le long terme, les actions de sociétés spécialisées  sont plus performantes que celles de grandes sociétés diversifiées. En résumé, les grandes entreprises subissent ce que l’on appelle la «décote conglomérat». Autrement dit, les entreprises très diversifiées valent moins que la somme de leurs parties.

En moyenne, les actions thématiques ont surperformé les actions mondiales.

À l’inverse, les entreprises spécialisées, parfois appelées «pure players», ont généralement une vision beaucoup plus claire de leurs priorités stratégiques et concentrent leurs dépenses dans des domaines qui leur promettent la croissance la plus forte. Leur allocation de capitaux est plus efficace, ce qui permet au cours de leurs actions de progressivement cumuler une prime, ce que des recherches du BCG ont permis de découvrir. Nos stratégies thématiques sont conçues pour profiter de cette tendance. Pour chaque stratégie thématique que nous gérons, des règles explicites s’imposent en matière de construction de portefeuille. Chaque action doit présenter une «pureté» thématique élevée pour pouvoir être considérée comme un investissement potentiel. La pureté thématique est un indicateur numérique exclusif du niveau de spécialisation et de correspondance au thème des activités d’une entreprise.

Les sociétés susceptibles d’être des investissements thématiques partagent un autre attribut attrayant qui influe sur les performances des investissements. Compte tenu de leur spécialisation, elles n’ont que peu de points communs avec les immenses multinationales diversifiées qui dominent les principaux indices d’actions comme le MSCI World ou le S&P 500.

Cela n’est pas sans effet sur le portefeuille. L’approche d’investissement n’est pas limitée par un indice de référence, ce qui permet de proposer un portefeuille qui n’affiche qu’une ressemblance faible, voire nulle, avec ceux qui suivent un indice d’actions classiques comme indice de référence. La part active élevée des stratégies thématiques en est une indication. 

En outre, même si le risque et la performance des actions thématiques peuvent varier selon les phases du cycle de marché, leurs caractéristiques structurelles devraient créer des portefeuilles dont les caractéristiques de marché sont relativement prévisibles sur des cycles de marché complets.

06

Annexe 1: Méthodologie suivie à la section 2

Les résultats présentés dans la Fig. 2 sont tirés de l’optimisation de la variation moyenne entre les actions mondiales (MSCI ACWI), les obligations d’État mondiales (BofAML) et une stratégie d’actions thématiques représentative de la gamme Pictet Asset Management. Une telle série de performances représentatives est générée à l’aide d’une simulation. Chaque simulation permet de générer une série temporelle de performances thématiques en affectant à chaque mois une performance sélectionnée au hasard parmi les stratégies thématiques disponibles à ce moment-là. La matrice de covariance est calculée pour les trois classes d’actifs et elle est utilisée pour déterminer les pondérations optimales des trois classes d’actifs. Ces pondérations optimales sont conçues pour générer la plus faible volatilité de portefeuille estimée en fonction de chaque objectif de performance du portefeuille sur une plage réaliste. Les attentes en matière de performance sont tirées de l'étude Secular Outlook 2020 de Pictet Asset Management (voir Annexe 4) et représentent des estimations de performances sur 5 ans. Pour les résultats présentés ici, nous avons supposé des performances identiques pour le portefeuille d’actions thématiques et le marché des actions mondiales. Étant donné que la série thématique représentative a été générée de manière aléatoire, nous devons appliquer plusieurs fois le même processus pour déterminer le niveau des résultats typiques. Nous réalisons donc 100 simulations de performances thématiques systématiquement assorties d’une optimisation du portefeuille et nous en déduisons 100 frontières efficaces qui précisent l’allocation optimale entre les trois classes d’actifs. Les allocations d’actions thématiques citées et présentées à la Figure 2 représentent le 33e percentile de l’allocation en actions thématiques pour chaque objectif de performance. Cela signifie que dans les deux tiers des simulations, l’allocation suggérée est supérieure au chiffre qui figure dans le graphique.

Les stratégies incluses dans l’étude étaient: Water, Security, Health, Biotech, Premium Brands, Clean Energy, Digital, Timber, Nutrition, Robotics, SmartCity, Human, Global Environmental Opportunities et Global Thematic Opportunities. Compte tenu du caractère aléatoire des choix de portefeuilles thématiques, ce processus ne suppose aucune compétence en matière de sélection de stratégies. Les performances des stratégies thématiques utilisées sont exprimées en dollar US, nettes de frais et sont celles des parts I. Elles proviennent des données de fonds publiées sur Bloomberg. Nous utilisons des données historiques couvrant la période allant de décembre 2008 à février 2021.

Pour une description plus détaillée de l’optimisation de portefeuille selon la variance moyenne, voir Martin Haugh, Mean-Variance Optimisation and the CAPM.

 
07

Annexe 2: Combinaisons de portefeuille thématiques

Cette section de l’annexe présente un ensemble plus large de combinaisons de portefeuilles thématiques, qui repose sur la même approche que dans la section 3.

Nouveaux consommateurs: 25% Human, 50% Nutrition, 25% Premium Brands
L’ensemble consacré aux nouveaux consommateurs propose un mélange de biens et de services qui enregistrent une demande croissante de la part des consommateurs contemporains. Les stratégies Nutrition, Human et Premium Brands se concentrent sur différents niveaux de la hiérarchie des besoins de Maslow. Les entreprises de la stratégie Nutrition cherchent à satisfaire les besoins essentiels à notre subsistance, celles de Premium Brands ont pour objectif de susciter un sentiment d’appartenance et d’aspiration au travers de biens matériels et les sociétés du portefeuille Human visent le sommet de la pyramide de Maslow, au travers de services qui répondent aux besoins intangibles des personnes en quête d’expériences, d’éducation, de soin et de plaisir. Les «nouveaux consommateurs» sont ceux dont la vie s’inscrit résolument dans le XXIe siècle, une vie complexe et dynamique, tournée vers la recherche des biens et services qui nous aident dans cet environnement. 

Biens de consommation: 50% Nutrition, 25% Premium Brands, 25% Timber
Cet ensemble se concentre sur l’ensemble de la chaîne de valeur des biens et services exigés par les «nouveaux consommateurs» que nous avons décrits ci-dessus. Ces consommateurs affichent des exigences de qualité et de durabilité de plus en plus fortes, non seulement pour les produits finaux, mais aussi tout au long de la chaîne d’approvisionnement, pour les matières premières, le processus de fabrication ou le conditionnement. Les gouvernements soutiennent les exigences exprimées par ces consommateurs en matière de qualité/durabilité, par exemple au travers du Pacte vert de l’UE ou des politiques environnementales menées par l’administration Biden. Cet ensemble se situe au point de convergence entre les goûts des consommateurs, les politiques gouvernementales et les avancées technologiques pour favoriser une qualité durable, aussi bien dans l’alimentation que dans les matériaux industriels ou, plus généralement, les biens de consommation.


Fig. A1 – Composition optimisée du portefeuille pour le profil rendement/risque intermédiaire
Fig. 10 Annexe 1

Source: Pictet Asset Management.

Santé et bien-être: 25% Health, 25% Biotech, 25% Nutrition, 25% Human
Nous avons besoin de produits et de services qui contribuent à améliorer et à prolonger notre qualité de vie. En effet, l’espérance de vie a augmenté, nous attendons plus longtemps avant de fonder une famille et nous vivons davantage seuls. Cet ensemble porte sur les entreprises qui permettent d’améliorer des éléments physiques de notre vie: grâce à une meilleure nutrition et à une meilleure prévention des maladies, mais aussi à de meilleurs diagnostics et traitements. Il concerne également les améliorations des aspects mentaux et émotionnels de notre vie grâce au confort et au soutien des communautés, des familles et des animaux de compagnie; un sentiment de réussite au travers de perspectives éducatives et professionnelles, ainsi qu’un sens du plaisir grâce aux voyages, aux loisirs et aux expériences culturelles.
Changements générationnels: 25% Health, 25% Digital, 25% Premium Brands, 25% Human
Les baby-boomers et les echo-boomers/millenials forment deux grandes cohortes qui exerce une forte influence sur des pans entiers de l’économie et de la société au cours des différentes phases de leur cycle de vie. Cette combinaison exploite ces deux changements générationnels. Elle se concentre sur les soins liés à la vieillesse (Health, Human), sur les loisirs pendant la retraite (Premium Brands) ainsi que sur la consommation de services numériques (Digital, Human) et la consommation discrétionnaire des millenials (Premium Brands).

Changement climatique: 25% Clean Energy, 25% Timber, 25% Nutrition, 25% Water
L’atténuation du changement climatique est sans aucun doute l’un des principaux défis que nous aurons à relever au cours de notre vie. Elle implique une stratégie fondée sur trois axes: 1) investir massivement dans les énergies renouvelables et les technologies d’amélioration de l’efficacité énergétique (Clean Energy), 2) renforcer la captation et le stockage du carbone, qu’une sylviculture durable et une utilisation renforcée du bois dans l’économie peuvent favoriser de manière très efficace (Timber) et 3) modifier nos modèles de consommation alimentaire pour remplacer les protéines animales inefficaces sur le plan énergétique et environnemental, en particulier le bœuf (Nutrition). 
 
Fig. A2 – Composition et concentration sectorielles pour des combinaisons thématiques sélectionnées
Fig. 11 Annexe 2

Source: Pictet Asset Management. L’indice de Herfindahl est calculé à partir de la somme des carrés des parts de chaque secteur en portefeuille. Il sera de 0,5 pour un portefeuille équipondéré de deux secteurs, de 0,25 pour un portefeuille équipondéré de quatre secteurs et de 0,125 pour un portefeuille équipondéré de huit secteurs. À titre indicatif, la valeur de l’indice de Herfindahl du MSCI ACWI est de 0,12. Par ailleurs, pour les portefeuilles monothématiques sous-jacents, l’indice varie de 0,45 à 0,2, ce qui laisse entendre que les combinaisons thématiques contribuent à réduire considérablement la concentration sectorielle, augmentant ainsi la diversification. Source: Pictet Asset Management.

Agroforesterie: 50% Timber, 50% Nutrition
L’agroforesterie est un terme généralement utilisé pour décrire un type de gestion des terres qui associe la gestion forestière aux cultures ou à l’élevage. Plus généralement, nous pouvons ici faire référence aux avantages offerts par une chaîne de valeur durable dans l’exploitation forestière et le bois et par une chaîne de valeur de l’alimentation axée sur l’accès à une nutrition de haute qualité et une production alimentaire durable. Les sociétés des stratégies Timber et Nutrition apportent des solutions importantes à deux des plus grands défis environnementaux actuels: le changement climatique et l’utilisation des terres agricoles. L’agriculture est la première utilisatrice de terres au monde et génère environ 40% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Cette réalité met en lumière les nombreuses possibilités, en grande partie inexploitées, liées à l’agriculture de précision, à l’aquaculture durable et aux régimes alimentaires à base de plantes, qui pourront apporter une contribution positive à l’atténuation du changement climatique, à la qualité des sols et de l’eau, à la biodiversité et, au bout du compte, à une amélioration de la santé humaine. À l’inverse, les forêts sont le véritable puits de carbone de la nature grâce à leur capacité d’absorption nette de CO2. Les forêts sont également des habitats importants pour de nombreuses espèces et elles sont essentielles à la qualité de l’eau et du sol. Les avantages pour l’environnement liés à l’investissement dans des chaînes de valeur durables en matière de production de bois et d’aliments sont considérables.

Gagnants de l’urbanisation/Société urbaine: 50% SmartCity, 50% Premium Brands
Le développement économique à travers le monde a stimulé la croissance des villes, des plus petites aux plus grandes métropoles. Elles ont donc besoin de davantage d’infrastructures de soutien, de logements abordables, de commerces de proximité et d’un nouveau paradigme logistique qui permet à la distribution sur le dernier kilomètre de répondre aux exigences des consommateurs urbains. Ce phénomène a également renforcé les enjeux liés à des activités de consommation poussées par l’ambition, qui sont étroitement liées à la vie urbaine. Il renforce en particulier la tendance de populations diverses, qui vivent à proximité immédiate les unes des autres, à obtenir de nouvelles informations sur leurs voisins et les encourage «à suivre le rythme de la famille d’à côté». Au bout du compte, la vie urbaine favorise une montée en gamme de la consommation.

Avenir virtuel: 20% Digital, 20% Human, 20% Premium Brands, 20% SmartCity, 20% Security
La pandémie de COVID-19 a favorisé l’adoption par les consommateurs des outils et services en ligne. Elle a également renforcé la présence en ligne des entreprises et leur dépendance au cloud, ainsi que l’engagement des villes en faveur des infrastructures technologiques. Aujourd’hui plus que jamais jusqu’à présent, la société se tourne vers des solutions virtuelles pour répondre à des besoins quotidiens liés à l’éducation, au travail, à la santé ou encore au commerce et aux divertissements. Des entreprises de tous les secteurs sont mieux positionnées pour aborder la 4e révolution industrielle. Elles investissent pour cela dans des stratégies de livraison omnicanale afin de se préparer à l’avenir et à ses incertitudes. La stratégie Digital offre une exposition complète à la transformation numérique au travers d’un large éventail de modèles économiques qui s’appuient sur les données et les activités en ligne, Security y ajoute la composante de cybersécurité nécessaire tandis que Human et Premium Brands mettent l’accent sur la livraison numérique et l’expérience des consommateurs en matière de biens et de services. Enfin, SmartCity s’appuie, dans une large mesure, sur des solutions technologiques pour relever les défis de l’urbanisation. 

 
Fig. A3 -  Expositions à certains facteurs de style pour une sélection de combinaisons de portefeuilles thématiques par rapport au MSCI ACWI
Fig. 12 Annexe 3

Remarque: d’après l’exposition moyenne de mai 2018 à avril 2021 et le modèle de risque d’Axioma. Source: Pictet Asset Management. 

Infrastructure du XXIe siècle: 25% Digital, 25% SmartCity, 25% Clean Energy, 25% Water
La construction d’une infrastructure résiliente et durable pour le XXIe siècle impose d’exploiter la puissance des technologies numériques, de réaliser pleinement le potentiel des technologies propres, en particulier dans la distribution  d’énergie et d’eau, et de déployer de nouvelles applications et de nouveaux matériaux industriels, tout en répondant à l’évolution des besoins des consommateurs – qui vivent désormais en majorité en ville – en matière de durabilité, de productivité et de commodité.

Innovation de haute technologie: 25% Digital, 25% Security, 25% Robotics, 25% Biotech
Pour relever les défis liés au monde moderne, l’innovation de haute technologie apporte un flux constant de solutions. Au travers des technologies numériques, pour répondre aux besoins des personnes ou des entreprises, de la robotique et de l’automatisation, pour améliorer l’efficacité et les performances, de l’innovation biotechnologique, pour continuer à repousser les limites des possibilités de la médecine, ou de solutions de sécurité, pour permettre à tous les autres domaines de fonctionner sans problème et en toute sécurité, l’innovation fondée sur la technologie est vouée à rester un domaine marqué par une croissance forte et durable.

08

Annexe 3: Méthodologie utilisée aux sections 3 et 4

Dans les sections 3 et 4, des procédures d’optimisation des portefeuilles à variance moyenne sont utilisées pour déterminer la composition optimale des portefeuilles en actions mondiales, obligations d’État mondiales et stratégies d’actions thématiques. À la différence de la Section 2 et de l’Annexe 1, dans lesquelles des performances aléatoires sont utilisées pour générer un portefeuille thématique représentatif, cette opération implique une optimisation et non une simulation, puisque les performances des combinaisons de portefeuille thématique sont connues. Pour la Section 3, en fonction de la disponibilité des données, les calculs des matrices de covariance respectives s’appuient sur des données de performances mensuelles du 01.01.2017 au 28.02.2021 ajustées pour tenir compte de nos prévisions propriétaires d’estimations des risques (car le risque ne peut pas être calculé de manière fiable sur l’intégralité d’un cycle de marché). Pour la section 4, les données mensuelles de performance du 28.12.2008 au 28.02.2021 sont utilisées pour calculer une matrice de covariance historique pour la stratégie GMS. Pour la stratégie GTO, les données vont du 01.10.2016 au 28.02.2021 et les estimations de risques sont des prévisions, comme pour les calculs de la Section 3. Dans les deux sections, les prévisions d’estimations de performances pour les actions mondiales et les obligations d’État mondiales proviennent de l'étude Secular Outlook de Pictet Asset Management, comme décrit à l’Annexe 4. L’hypothèse de performance pour les actions thématiques est conforme aux actions mondiales ou intègre un léger avantage comme indiqué dans le texte. 
09

Annexe 4: Estimations de performances de notre étude Secular Outlook

Veuillez consulter les hypothèses de performance de Pictet Asset Management dans notre étude Secular Outlook accessible ici.