I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Entreprises familiales: une perspective d’investissement intéressante

Mai 2020

Quand les valeurs familiales apportent de la valeur aux actionnaires

Les entreprises familiales peuvent constituer une perspective d’investissement attractive pour les investisseurs, mais il faut adopter une approche active pour profiter de ces opportunités.

Les entreprises familiales sont la colonne vertébrale de l’économie mondiale. Elles contribuent à hauteur de 50 à 70% du produit intérieur brut de leur pays et emploient la majorité de la population active. Malgré cela, on considère souvent, à tort, que ces sociétés ne sont que de petites entités locales et qu’elles restent donc en grande partie hors de portée des investisseurs. C’est très loin de la vérité.

Il existe en fait des centaines de sociétés cotées dont la famille fondatrice compte parmi les actionnaires. Elles sont présentes dans tous les secteurs de l’économie mondiale et peuvent être de différentes tailles: de grandes, de moyennes ou de petites capitalisations. Elles sont détenues par un large éventail d'investisseurs professionnels et non professionnels. Elles sont aussi diverses qu’Hermès, Dassault Systems, CGI et JD.com.  Bon nombre d’entre elles se sont tournées vers le monde de la finance pour financer leur croissance, honorer leurs obligations fiscales en matière de droits de succession ou simplement pour permettre aux membres de la famille qui le souhaitent de liquider leur participation.

Une véritable colonne vertébrale de la société, aussi bien économique que sociale
Une véritable colonne vertébrale de la société, aussi bien économique que sociale

Source: Tharawat Magazine, «Economic Impact of Family Businesses – A Compilation of Facts», 06/01/2016 – plus de 40 sources utilisées, y compris l’IMD et KPMG *Données représentatives des employeurs privés uniquement

Malgré l’absence de consensus sur la définition d’une entreprise familiale, chez Pictet Asset Management, nous considérons que cette appellation s’applique lorsqu’une famille ou un fondateur dispose d’une participation suffisamment importante de contrôle de la société. Nous définissons le seuil de participation de la famille ou du fondateur à 30% des droits de vote. Ce niveau de 30% peut sembler arbitraire de prime abord, mais il s’appuie sur le fait qu’en moyenne, seulement 60% des votes des actionnaires éligibles sont exprimés à tout moment.

Le facteur familial

Cette définition ouvre tout un univers de sociétés de haute qualité aux investisseurs. Plusieurs études, y compris des recherches récentes de Crédit Suisse, ont montré que les sociétés familiales cotées en bourse ont dans le passé eu tendance à surperformer le reste du marché1.

Selon l'étude de Crédit Suisse1, les sociétés familiales cotées affichent une croissance des revenus plus solide que leurs homologues, ce qui tend à entraîner des performances supérieures pour les actionnaires. Les sociétés familiales génèrent également des marges plus élevées: 190 points de base contre 150 pb. Elles ont également des bilans plus conservateurs avec 22% d’endettement en moins.

Engagement financier
Un dévouement sans pareil pour une croissance disciplinée
Un dévouement sans pareil pour une croissance disciplinée

Source: Credit Suisse Research Institute, le modèle économique familial, juillet 2015

Cela ne se résume pas à un effet lié à la petite taille des entreprises, au secteur ou à la région. Les entreprises familiales ont tendance à surperformer leurs homologues non familiales, même lorsque les résultats sont ajustés en fonction de ces facteurs. 

Dès lors, quel est le secret de leur réussite?

Nous pensons qu'il y a trois raisons qui expliquent cela. Tout d’abord, les familles ont tendance à investir la majeure partie de leur patrimoine et de leur réputation dans ces sociétés, leurs intérêts convergent donc étroitement. Cela nous mène donc à la deuxième raison: les entreprises familiales réinvestissent souvent une part plus grande de leurs profits que leurs concurrents. Enfin, la stabilité de l’actionnariat permet aux dirigeants d’adopter une vision à long terme et de ne pas être obsédés par les résultats du prochain trimestre. Leurs dépenses d’investissement par rapport aux amortissements sont supérieures à la moyenne.

L’histoire nous a montré que les entreprises familiales appliquent une discipline plus stricte tout en réalisant de meilleurs investissements.

Malgré tout cela, de nombreux investisseurs continuent de bouder les sociétés contrôlées par des familles. Leurs préoccupations gravitent généralement autour de la liquidité de l’investissement et de la qualité de la structure de gouvernance.

Ces inquiétudes sont cependant souvent infondées.

Selon les critères rigoureux de Pictet AM – à savoir 30% d’actionnariat familial et une liquidité minimum de 5 millions de dollars US d’actions échangées quotidiennement – on compte quelque 500 sociétés dans le monde qui peuvent entrer dans la catégorie des entreprises familiales cotées.

En matière de gouvernance, il est clair qu'une surveillance étroite est nécessaire lorsqu'il y a une forte concentration d'influence2. Par exemple, certains investisseurs plaident pour une indépendance accrue des organes de direction. Nous estimons que cela reviendrait à annuler certains avantages de l’actionnariat familial. Les recherches montrent en effet qu’au sein des entreprises familiales, une plus grande indépendance du conseil d’administration n’améliore pas les performances de la société, toutes choses égales par ailleurs3. À l’inverse, l’indépendance et un leadership solide au sein des comités d’audit, des rémunérations et des nominations sont essentiels pour contrer la forte présence de la famille au conseil d’administration.

People_PAMOffice_Magnus_center_202005.jpg

La concentration de l’actionnariat entraîne également d’autres problèmes fréquents comme les retombées négatives des querelles familiales ou la mauvaise préparation des successions. Là encore, il s’agit de se renseigner précisément sur la structure juridique de la société et sur tout autre accord de gouvernance, puis de veiller à ce qu’ils soient respectés.

Les investisseurs doivent également être conscients du fait que, même si les entreprises familiales s’étendent sur tout l’éventail des petites aux grandes capitalisations, elles sont présentes dans les marchés développés et émergents ainsi que dans de nombreux secteurs, elles ne reflètent pas l’ensemble du marché. Elles concernent plus largement les secteurs des biens de consommation discrétionnaire, des communications et des biens de consommation de base. Peu d’entre elles opèrent dans la finance et l’énergie. 

Dès lors, bien que les entreprises familiales représentent une perspective d'investissement intéressante pour les investisseurs, qui souhaitent en tirer le maximum – c’est-à-dire éviter tout risque et maintenir un portefeuille équilibré – il faut passer par une analyse précise et adopter une approche active et bien calibrée.