I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Vous souhaitez accéder au site pour Investisseurs particuliers?

Décembre 2017

Actions asiatiques : les raisons d'investir

Kiran Nandra membre de l’équipe de gestion actions émergentes a présenté récemment nos convictions sur le marché asiatique ainsi que la politique de gestion et la performance de Pictet-Asian Equities Ex Japan.

Pourquoi les actions asiatiques devraient-elles continuer leur rallye?

  • Croissance - La croissance asiatique devrait être durablement supérieure à la croissance mondiale. Les réformes portent progressivement leurs fruits, en Inde et en Indonésie par exemple. Les entreprises de la région sont très innovantes: le secteur technologique représente 27% de l’indice total, à comparer à 17% pour le MSCI World1.
  • Rentabilité - Autrefois focalisés sur les volumes des ventes, les dirigeants des entreprises se sont désormais orientés vers l’amélioration de la rentabilité. Ces efforts sont récompensés: la rentabilité pour l’actionnaire remonte depuis le début de l’année.
  • Valorisations et flux - Les actions asiatiques n’ont pas encore récupéré le retard accumulé depuis 2011. En termes de bénéfices par action (BPA), le marché est de 20% moins cher que celui des actions mondiales. Les flux acheteurs ont été modestes jusqu’à maintenant1.  

Accéleration de la croissance

La croissance économique de la région est la plus élevée du globe et devrait accélérer, de 6% en 2017 à 6,1% en 2018. Grâce à leurs exportations de produits manufacturés, les pays asiatiques bénéficient pleinement de la reprise du cycle économique mondial2.

De plus, la plupart des pays de la région ont mis en place des réformes qui leurs permettront de conserver des taux de croissance élevés sur une longue période.

Inde : plus de 7% de croissance sur 5 ans

La croissance indienne devrait être particulièrement forte, avec plus de 7% durant les cinq prochaines années selon nos économistes2:

  • Le niveau de départ est peu élevé. Le PIB par habitant est de 1600 dollars US3, parmi les plus bas des pays émergents et largement inférieur à celui de la Chine (plus de 7000 dollars US).  
  • La population indienne est la plus jeune des pays BRIC. La part de la population active devrait continuer d’augmenter jusqu’en 2040.
  • L’urbanisation est encore peu avancée, de l’ordre de 35%, alors que la Chine a dépassé les 50% et l’Amérique latine les 70%4.

Les réformes mises en place par le gouvernement Modi pourraient transformer radicalement l’économie.

Le code de solvabilité et des faillites fixe un cadre juridique clair pour les faillites et les restructurations d’entreprises. La loi Aadhaar a par ailleurs établi un numéro unique d’identification pour les citoyens bénéficiaires de l’aide de l’Etat, afin de mieux cibler l’aide sociale et d’éviter la fraude. Et la nouvelle loi immobilière a créé une autorité de surveillance du secteur, qui rééquilibre les rapports entre le constructeur et le client.

La croissance indienne, qui a ralenti en 2017 en raison de la loi de démonétisation, devrait rebondir en 2018, de 6,5% à 7,5%2.

croissance economique en 2017 et 2018
20171127_AsianEquities_Chart1.png

Source : Pictet Asset Management

Indonésie : de fragile à bolide

Lors de la crise émergente de 2013, l'Indonésie faisait partie du club des cinq «pays fragiles». Elle s’est depuis redressée et cette année, son crédit souverain a été noté investment grade pour la première fois depuis la crise asiatique de 1997.

Ce retour en grâce nous semble durable:

  • L’Indonésie récolte les fruits des politiques économiques judicieuses amorcées ces dernières années: investissement dans les infrastructures, réduction du poids de l’administration, renforcement de la collecte des taxes et ouverture de pans entiers de l’économie aux investisseurs privés.  
  • La croissance indonésienne est soutenue par une démographie favorable et par un ratio d’investissement/PIB élevé. 
  • L’économie indonésienne rebondit depuis deux ans, en grande partie grâce aux investissements et aux exportations. Les ventes de détail devraient prendre le relais, en ligne avec la bonne tenue de la confiance des consommateurs.

indonesie :  confiance des consommateurs
20171127_AsianEquities_Chart2.png

Source: Pictet Asset Management, CEIC, Datastream, 27.11.2017

L'Asie, champion technologique

Les économies asiatiques se sont largement modernisées au cours des dernières années. 
Le MSCI Asie ex Japon inclut 27% de valeurs des technologies de l’information, contre seulement 17% pour le MSCI World1.
La Chine à elle seule publie plus de recherches académiques que les Etats-Unis dans le domaine de l’intelligence artificielle. Les géants comme Alibaba ou Baidu viennent y concurrencer les grandes entreprises américaines. Pour réaliser son ambition d’être le leader, Baidu investit 15% de son chiffre d’affaires en recherche et développement, soit 1,5 milliard de dollars US. Selon sa direction, la totalité de cette recherche est liée à l’intelligence artificielle5.
Evolution de la part du secteur des technologies de l'information et des valeurs bancaires
20171127_AsianEquities_Chart3.png

Source : Bloomberg

Entreprises : davantage de rendement pour l'actionnaire

Longtemps, l’attention des entreprises asiatiques s’est portée sur la croissance du chiffre d’affaires, au risque de procéder parfois à des investissements peu rentables. Les perspectives ont changé et les dirigeants d’entreprise ont tourné leur attention vers la rentabilité pour l’actionnaire.

Les marges opérationnelles se sont redressées, de moins de 13% en 2012 à plus de 16% en 2017. Le retour sur capitaux propres est en amélioration depuis le début de l’année.

Asie hors japon : evolution des marges operationnelles
20171127_AsianEquities_Chart4.png

Source: FactSet, de juin 2007 à octobre 2017

asie hors japon : evolution du rendement pour l'actionnaire
20171127_AsianEquities_Chart5.png

Source: FactSet, de janvier 2012 à octobre 2017

Valorisations : encore du potentiel

Les actions asiatiques ont largement surperformé le reste du marché depuis le début de l’année.
Le marché est-il trop cher?
Malgré le rallye, le marché asiatique est encore aujourd’hui de l’ordre de 20% moins cher que les actions mondiales, alors qu’avant 2011, il était pratiquement à parité avec le reste du marché.  
Evolution DU RATIO DU PRIX SUR LES BENEFICES
20171127_AsianEquities_Chart6.png

Source: Bloomberg, de novembre 2007 à novembre 2017

Les investisseurs sont encore prudents

Les investisseurs ne reviennent que progressivement vers la classe d’actifs.
Le montant total de rachats dans les fonds entre mars 2013 et mars 2017 a été supérieur à 80 milliards de dollars US. Depuis, moins de 10 milliards ont été souscrits6.
Souscriptions et rachats cumulés dans les fonds Asie hors Japon
20171127_AsianEquities_Chart7.png

Source: EPFR, de décembre 2009 à novembre 2017

Pictet-Asian Equities Ex Japan

Le fonds Pictet-Asian Equities Ex Japan, lancé en 2000, investit principalement dans les dix plus grandes économies de la région: Chine, Corée du Sud, Inde, Indonésie, Taïwan, Hong Kong, Philippines, Thaïlande et Singapour. 

Il peut aussi investir sur des marchés en dehors de l’indice, comme celui du Vietnam.

Sa performance sur 5 ans atteint 238,93%, contre 166.36% pour son indice de référence, actuellement le MSCI AC Asia ex Japan6.

Avo Ora, responsable de l’équipe de gestion depuis 2011, s’appuie sur le travail de trois gérants spécialistes de la région et de huit analystes en actions émergentes.
L’équipe se focalise sur les sociétés pouvant générer des cash-flows croissants et durables. Le portefeuille est entièrement construit sur la base de la sélection des titres, que l’on peut diviser en deux catégories:

  • les entreprises à croissance structurelle, démontrant la capacité de générer des cash-flows satisfaisants
  • les entreprises dont les difficultés avérées sont surestimées par le marché dans leur durée, et qui sauront retrouver une croissance durable des cash-flows.

Le travail des gérants aboutit à un portefeuille de convictions, de 59 valeurs aujourd’hui6.

Performance du fonds et de son indice sur 5 ans
20171127_AsianEquities_Chart8.png

Source : Pictet Asset Management

Voici deux exemples.

Kweichow Moutai, alcool de luxe chinois

Boisson préférée des révolutionnaires chinois et aujourd’hui des cadres de l’Armée rouge, le moutaï est un alcool fort de luxe, vieilli en cave, et pouvant atteindre des prix très élevés, à l’instar du vin. Il ne peut être fabriqué qu’avec l’eau de la rivière Chishui, et, plus important, la société détenue par l’Etat Kweichow Moutai en possède le quasi-monopole.

Lors de la campagne contre la corruption engagée en 2012, la croissance du chiffre d’affaires a drastiquement décéléré, de 50% en 2012 à 2% en 20157. De nombreux investisseurs ont extrapolé cette faiblesse et l’action s’est fortement dépréciée.

Nos gérants ont considéré que le prix atteint représentait une opportunité d’achat. Même à chiffre d’affaires constant, la société semblait capable de générer des cash-flows importants. La marque Kweichow Moutai est très connue en Chine et la société dégage une marge opérationnelle de l’ordre de 75%7. Les dépenses d’investissement pour maintenir le chiffre d’affaires sont minimes. Enfin, les profits devaient bénéficier de la nouvelle politique visant à augmenter la rentabilité des entreprises détenues par l’Etat chinois.

Après une baisse de presque 50%, l’action a plus que multiplié par trois ses niveaux d’avant correction.
Les gérants ont commencé à prendre leurs bénéfices sur la position.


Cours de l’action Kweichow Moutai depuis 2012
20171127_AsianEquities_Chart9.png

Source: Blomomberg, du 31.12.2011 au 06.12.2017

Krungthai Card, cartes de crédit en Thaïlande

Krungthai Card est la seconde société thaïlandaise non bancaire de crédit à la consommation. 

La valeur a souffert en début d’année de rumeurs concernant des restrictions réglementaires sur l’octroi de crédit aux personnes à faibles revenus, ce qui devait limiter les volumes prêtés et les niveaux des taux. Le gouvernement craignait effectivement que cette catégorie sociale ne s’endette trop. L’action a perdu environ 20%.

Une étude détaillée de la société a conduit les gérants à prendre position sur le titre. Le prix escomptait effectivement un changement réglementaire au maximum des hypothèses raisonnables et ne tenait pas compte de la capacité de la société à s’adapter en coupant les coûts.

Depuis, la réglementation, moins restrictive que ce que craignait le marché, a été votée et l’action a retrouvé ses niveaux. Les gérants conservent la position, car cette valeur est aussi un excellent moyen de participer à la croissance et à la financiarisation de la consommation asiatique.


Cours de l’action Krungthai Card depuis le début de l’année
20171127_AsianEquities_Chart10.png

Source: Bloomberg, du 31.12.2011 au 06.12.2017

PROFIL DE RISQUE ET DE RENDEMENT

Echelle de risque : 5 (1 étant le risque plus faible à 7 étant le risque plus élevé)
Cette catégorie de risque a été attribuée à la part en raison des fluctuations de cours liées à sa devise et aux investissements et à la stratégie du fonds.
La catégorie de risque indiquée est basée sur des données historiques et peut ne pas constituer une indication fiable du profil de risque futur de la part.
La catégorie de risque affichée ne constitue pas un objectif ni une garantie et est susceptible d'évoluer dans le temps.
La catégorie la plus basse n'est pas synonyme d'investissement sans risque.
Le fonds n'offre aucune garantie du capital ni aucune mesure de protection des actifs.
Le fonds peut être exposé aux risques matériels suivants qui ne sont pas reflétés de manière adéquate par l'indicateur synthétique de risques, et qui peuvent avoir un impact sur ses performances:

Risque opérationnel : des pertes peuvent être causées, par exemple, par des erreurs humaines, des défaillances systémiques, une valorisation incorrecte ou une garde incorrecte des actifs.
Risque de contrepartie : des pertes peuvent se produire lorsqu'une contrepartie ne respecte pas ses obligations liées aux instruments ou contrats, par exemple dans le cas de dérivés négociés de gré à gré.
Impact des techniques financières : l'utilisation de l'effet de levier peut amplifier les pertes et les gains et/ou ne pas aboutir à l'exposition souhaitée.
Risque de liquidité : dans certaines conditions de marché (par exemple, mais sans s'y limiter, en cas de marchés en difficultés ou de faibles volumes), il peut être difficile de valoriser et/ou de négocier certains des actifs.
De manière générale, les investissements sur les marchés émergents sont plus sensibles aux événements de risque que les investissements sur les marchés développés. Ces événements de risque peuvent inclure des modifications de l'environnement économique, politique, fiscal et juridique ainsi que des cas de fraude.
Les investissements en Chine continentale peuvent faire l'objet de restrictions de capital et de quotas de négociation, par exemple dans le cas des régimes QFII et RQFII. - Le Compartiment peut rencontrer des difficultés ou des retards dans l'application de ses droits dans le cas de li-tiges.
Les programmes de négociation chinois « Stock Connect » peuvent présenter des risques sup-plémentaires liés au respect des droits de propriété, à la compensation, au règlement, à des quotas de négociation et à des problèmes opérationnels.

Frais à fin novembre 2017

TER : 1,08 % | Frais de gestion : 0,70 % | Commission de performance : Non | Droits de garde : 0,07 % | Frais administratifs : 0,20 % | Frais courants: 1,09 %
Le pourcentage des frais courants est basé sur les dépenses pour la période prenant fin le 31 décembre 2016. Ce pourcentage peut varier d'une année à l'autre. Il ne comprend pas les commissions de perfor-mance et les coûts de transactions de portefeuille, sauf dans le cas de frais d'entrée/de sortie payés par le fonds lors de rachat ou de la vente de parts/actions d'un autre organisme de placement collectif.

Recommandation : ce fonds pourrait ne pas convenir aux investisseurs qui prévoient de retirer leur apport dans les 7 ans.

Performance du fonds

20171127_AsianEquities_Chart15.png

Source : Pictet Asset Management